Regulatory News:

Air Liquide (Paris:AI):

Chiffres clés (en millions d'euros)

2021

2021/2020 publié

2021/2020 comparable (a)

Chiffre d’affaires Groupe

23 335

+ 13,9 %

+ 8,2 %

dont Gaz & Services

22 267

+ 13,3 %

+ 7,3 %

Résultat opérationnel courant

4 160

+ 9,8 %

+ 12,7 %

Marge opérationnelle Groupe

17,8 %

- 70 pbs

 

Variation hors énergie (b)

 

+ 70 pbs

 

Marge opérationnelle Gaz & Services

19,6 %

- 80 pbs

 

Variation hors énergie (b)

 

+ 80 pbs

 

Résultat net (part du Groupe)

2 572

+ 5,6 %

 

Résultat net récurrent (part du Groupe) (c)

2 572

+ 9,9 %

 

Variation résultat net récurrent (part du Groupe) hors change (b)

 

+ 13,3 %

 

Bénéfice net par action (en euros)

5,45

+ 5,5 %

 

Dividende 2021 proposé par action (en euros)

2,90

+ 5,5 %

 

Capacité d'autofinancement

5 292

+ 7,3 %

 

Dette nette

10,4 Mds €

 

 

Rentabilité des capitaux employés après impôts - ROCE

9,3 %

+ 30 pbs

 

ROCE récurrent (d)

9,3 %

+ 70 pbs

 

(a) Variation hors effets de change, d’énergie (gaz naturel et électricité) et de périmètre significatif, voir réconciliation en annexe. (b) voir réconciliation en annexe. (c) Hors opérations exceptionnelles et significatives qui n’impactent pas le résultat opérationnel courant, voir réconciliation en annexe.

(d) Sur la base du résultat net récurrent, voir réconciliation en annexe.

Commentant les résultats 2021, Benoît Potier, Président-Directeur Général du groupe Air Liquide a déclaré :

« En 2021, le Groupe a réalisé une excellente performance, malgré la persistance de la crise sanitaire et les fortes tensions inflationnistes liées notamment à la hausse significative des prix de l’énergie au second semestre.

Qu’il s’agisse de faire face à la crise de la covid-19, à la forte accélération de l’inflation ou encore au défi de la transition énergétique, les équipes d’Air Liquide se sont mobilisées sur tous les fronts démontrant une forte réactivité et une grande capacité d'adaptation. Nous avons su agir au présent tout en préparant l’avenir : notre dynamique d’investissement a été particulièrement soutenue avec la signature de nombreux accords notamment dans le domaine de la transition énergétique.

Le Groupe a réalisé une nouvelle année de croissance profitable : les ventes s’élèvent à 23,3 milliards d’euros, en hausse de + 8,2 % en comparable, la marge opérationnelle augmente de 70 points de base hors effet de l’énergie, le résultat net récurrent (1) progresse de 13,3 % à change constant.

Toutes les activités sont en croissance significative : les Gaz & Services, soit 95 % du chiffre d’affaires du Groupe, l’Ingénierie & Construction ainsi que les Marchés Globaux & Technologies. Toutes les branches d’activité et toutes les géographies des Gaz & Services sont en hausse à des niveaux élevés, l’Asie progressant de + 6 %, l’Europe de + 7 % et les Amériques de + 8 %.

Le Groupe a encore amélioré sa marge opérationnelle par une politique de prix adaptée à l’inflation, des efficacités significatives s’élevant à 430 millions d’euros et une gestion dynamique de son portefeuille d’activités. Dans un contexte de hausse brutale et continue des prix de l'énergie, il a notamment démontré d’une part la force de son modèle, qui lui permet de transférer automatiquement ces variations aux clients de la Grande Industrie, et d’autre part sa capacité à ajuster rapidement ses prix auprès de ses clients Industriel Marchand.

Le bilan d’Air Liquide s’est encore renforcé. Le ROCE récurrent atteint 9,3 %, proche de l’objectif 2023-2024 de plus de 10 %. La capacité d’autofinancement reste élevée à 24,5 % des ventes, hors effet énergie, et permet de réduire la dette tout en finançant nos investissements et le versement du dividende. Les décisions d’investissement ont atteint 3,6 milliards d’euros sur l’année, et les opportunités restent importantes à 3,3 milliards d’euros dont plus de 40 % en lien avec la transition énergétique. Traduisant notre confiance dans l’avenir, le dividende qui sera soumis au vote des actionnaires en mai prochain s’élève à 2,90 euros par action, soit une augmentation de + 5,5 %. Par ailleurs, une attribution d'actions gratuites aura lieu en juin 2022.

Combinant dans son modèle de croissance performance financière et extra-financière, Air Liquide est particulièrement bien positionné sur les marchés d’avenir. Pour répondre notamment au défi majeur du changement climatique et de la transition énergétique, le Groupe dispose d’un ensemble de solutions intégrant hydrogène et technologies de décarbonation de l’industrie. Contribuer à un avenir durable est au cœur de son métier et de sa stratégie.

En 2022, en l’absence de perturbation significative de l’économie, Air Liquide est confiant dans sa capacité à augmenter à nouveau sa marge opérationnelle et à réaliser une croissance du résultat net récurrent, à change constant. (2) »

Faits marquants 2021

  • Corporate :
    • Annonce d’un plan de succession de Benoît Potier à la Direction générale d’Air Liquide associé à la mise en place d’une nouvelle gouvernance. Sur recommandation du Comité des Nominations et de la Gouvernance, le conseil d’administration qui se réunira à l’issue de l’Assemblée générale des actionnaires en 2022 sera appelé à renouveler le mandat de Benoît Potier en qualité de Président du Conseil d’Administration et à nommer François Jackow pour lui succéder en qualité de Directeur Général à compter du 1er juin 2022.
    • Lancement avec succès d’une émission obligataire à long terme de 500 millions d’euros.
  • Développement durable :
    • Présentation d’objectifs de développement durable ambitieux, autour de trois axes :
      • Agir pour une société bas carbone : Air Liquide se fixe pour objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2050, avec d’ici 2035 une réduction de 33 % de ses émissions de CO2, cette baisse débutant autour de 2025. Il s’agit également de développer pour ses clients industriels une large gamme de solutions bas carbone pour réduire les leurs.
      • Agir pour la Santé en améliorant la qualité de vie des patients avec des pathologies chroniques dans les économies matures et en facilitant l’accès à l’oxygène médical pour les communautés rurales des pays à revenus faible et intermédiaire.
      • Agir en confiance en s’engageant auprès des collaborateurs et en s’inscrivant dans les meilleures pratiques de gouvernance.
    • Réalisation de la première émission obligataire verte du Groupe avec une levée de 500 millions d’euros dédiée à plusieurs projets de développement durable, notamment dans l’hydrogène et le biogaz.
    • Partenariat avec Rothschild & Co et la Fondation Solar Impulse pour lancer un fonds d’investissement de 200 millions d’euros pour accompagner le développement de Petites et Moyennes Entreprises à fort potentiel travaillant sur des solutions respectueuses de l'environnement.
  • Hydrogène bas carbone :
    • Nombreux partenariats et initiatives pour développer l’hydrogène bas carbone :
      • Lancement avec TotalEnergies, VINCI et plusieurs entreprises internationales du plus grand fonds mondial avec un potentiel de 1,5 milliard d’euros, dédié aux infrastructures d’hydrogène décarboné.
      • Partenariat avec Airbus et VINCI Airports pour développer l’usage de l’hydrogène et accélérer la décarbonation du secteur aérien.
      • Signature d’un protocole d’accord avec Airbus et le Groupe ADP pour préparer l'arrivée de l'hydrogène dans les aéroports en 2035 dans le cadre du développement de l'avion à hydrogène.
      • Partenariat avec Eni visant à investir dans le développement des infrastructures nécessaires (chaîne logistique, stations de recharge) à l’expansion de la mobilité hydrogène en Italie.
      • Signature avec Faurecia d’un accord de développement conjoint pour concevoir et produire des systèmes de réservoirs embarqués d’hydrogène liquide destinés aux poids lourds.
      • Protocole d’accord avec IVECO pour accélérer le développement de la mobilité lourde hydrogène en Europe, via le développement de poids lourds hydrogène et le déploiement de stations hydrogène.
      • Renforcement du soutien à Energy Observer en devenant pour quatre ans partenaire principal de ce navire-laboratoire qui témoigne du rôle clef de l’hydrogène dans la transition énergétique.
    • Production d’hydrogène bas carbone :
      • Signature d’un protocole d’accord avec Siemens Energy pour développer des électrolyseurs de grande capacité en Europe.
      • Acquisition de la société H2V Normandy, rebaptisée Air Liquide Normand’Hy, qui a pour objectif de construire un électrolyseur d’au moins 200 MW.
      • Projet de construction en Allemagne d’une unité de production d’hydrogène renouvelable de taille industrielle qui sera reliée à l’infrastructure locale existante de canalisations d’Air Liquide.
      • Montée en puissance de la plus grande unité du monde de production d’hydrogène renouvelable par électrolyse à membrane au Canada, d’une capacité de 20 MW.
      • Projet de coopération avec TotalEnergies pour décarboner la production d’hydrogène sur la plate-forme de TotalEnergies en Normandie.
  • Industrie et décarbonation :
    • Contrats long terme d’achat d'électricité renouvelable en Belgique et aux Pays-Bas pour réduire l'empreinte carbone de nos unités de production.
    • Finalisation de l’acquisition des 16 unités de séparation des gaz de l’air (ASU) de Sasol situées à Secunda, en Afrique du Sud, avec pour objectif de réduire de 30 % à 40 % les émissions de CO2 associées à la production d’oxygène dans les 10 prochaines années.
    • Au Kazakhstan, acquisition et intégration par Air Liquide Munay Tech Gases (ALMTG), filiale à 75 % d’Air Liquide, des unités de production de gaz industriels de la raffinerie de Atyrau. ALMTG exploitera ces unités de production pour KazMunayGas dans le cadre d’un contrat de long terme.
    • Investissements et contrats de long terme pour fournir des gaz industriels. En Chine avec BOE, leader mondial des écrans plats et spécialiste de l’internet des objets, avec un producteur majeur de puces mémoire flash, et dans l’acier avec Shagang. En Russie avec le sidérurgiste Severstal. Avec le chimiste BASF, pour son nouveau site de matériaux destinés aux batteries en Allemagne, et en Corée du Sud pour augmenter de 20 % les volumes d’hydrogène et de monoxyde de carbone dans le complexe industriel de Yeosu.
    • Protocole d’accord avec Borealis, Esso S.A.F., TotalEnergies et Yara International ASA pour développer une infrastructure de captage et stockage du CO2 qui contribuera à la décarbonation du bassin industriel normand.
    • Sélection par la Commission européenne de Kairos@C, projet de captage et de séquestration de carbone mené avec BASF pour décarboner le site industriel situé sur le Port d’Anvers, pour recevoir un financement du Fonds Innovation européen.
    • Signature avec ArcelorMittal d’un protocole d’accord ayant pour objectif la mise en œuvre de solutions pour la production d’acier bas carbone à Dunkerque.
    • Lancement de l’offre révolutionnaire de gaz conditionné pour les soudeurs Qlixbi dans quatre nouveaux pays européens (Allemagne, Suède, Danemark et Pays-Bas) après son succès au Royaume-Uni.
    • Nouvelle année record avec 48 contrats on-site dans l’Industriel Marchand.
  • Santé :
    • Poursuite de la mobilisation des équipes dans la lutte contre la pandémie, partout dans le monde.
    • Acquisition de Betamed SA, acteur majeur de la santé à domicile en Pologne.

Le chiffre d’affaires 2021 du Groupe s’établit à 23 335 millions d’euros, en croissance comparable de + 8,2 %. Cette forte progression des ventes en 2021 intervient après une année 2020 marquée par la résilience du Groupe dans un environnement sanitaire particulièrement difficile. Par rapport à 2019, les ventes 2021 progressent de + 6 % (3). Le chiffre d’affaires consolidé de l’Ingénierie & Construction, en hausse de + 55,4 %, bénéficie notamment des projets liés à la transition énergétique. Celui des Marchés Globaux & Technologies affiche une croissance de + 17,8 %, soutenue par le dynamisme du Biogaz. Les prix de l’énergie ont connu une augmentation exceptionnellement forte au 2nd semestre, notamment en Europe, générant un effet énergie très élevé de + 8,4 % sur les ventes 2021, et atteignant même + 16,5 % au 4ème trimestre. Les effets de change et de périmètre significatif sont négatifs et s'élèvent respectivement à - 1,6 % et - 1,1 %. Ainsi, le chiffre d'affaires publié du Groupe augmente de + 13,9 %.

Le chiffre d’affaires Gaz & Services 2021 atteint 22 267 millions d’euros, en forte hausse comparable de + 7,3 %. Les ventes 2021 sont en progression publiée de + 13,3 % : l’effet énergie (+ 8,8 %) atteint un niveau record, notamment en fin d’année. Il est partiellement compensé par des effets défavorables de change (- 1,6 %) et de périmètre significatif (- 1,2 %). L'effet périmètre significatif correspond essentiellement à l’acquisition fin juin 2021 des 16 unités de séparation des gaz de l’air de Sasol, à la cession en 2020 de Schülke dans la Santé et à la réduction ou la cession de la participation du Groupe en 2020 dans plusieurs distributeurs non stratégiques au Japon.

  • Le chiffre d’affaires Gaz & Services de la zone Amériques s’établit à 8 445 millions d’euros pour l’année 2021, en croissance comparable de + 7,6 %. Les ventes de la Grande Industrie, en hausse de + 7,6 %, bénéficient d’une demande forte et du démarrage et de la montée en puissance de nouvelles unités. La reprise se poursuit en Industriel Marchand avec un chiffre d’affaires en croissance de + 6,9 %. Les ventes de la Santé progressent de + 13,7 % sur l’année : les équipes sont restées mobilisées contre la pandémie et l’activité se normalise graduellement, notamment aux Etats-Unis dans la médecine de ville. Le chiffre d’affaires de l’Électronique affiche une croissance solide de + 5,2 % en 2021.
  • Le chiffre d’affaires 2021 Gaz & Services de la zone Europe augmente de + 7,0 % sur une base comparable et atteint 8 315 millions d’euros. Les ventes de la Grande Industrie (+ 5,2 %) sont soutenues par la forte activité des clients de la Sidérurgie et de la Chimie ainsi que par une reprise progressive du Raffinage. L'activité Industriel Marchand est en forte croissance comparable de + 10,8 %, bénéficiant de volumes dynamiques dans l’ensemble des marchés et des géographies et d’une accélération des effets prix notamment au 4ème trimestre. La Santé affiche un chiffre d’affaires en progression de + 4,7 % sur une base comparable, après une croissance exceptionnellement forte de + 9,7 % en 2020 : les ventes d’oxygène médical liées à la pandémie progressent fortement en 2021, même si les ventes du 4ème trimestre sont inférieures au niveau record de 2020. Le chiffre d’affaires bénéficie par ailleurs d’une reprise de l’activité dans la Santé à domicile et des interventions chirurgicales dans les hôpitaux.
  • Le chiffre d’affaires Gaz & Services 2021 de la zone Asie-Pacifique est en forte hausse comparable de + 6,4 % et s’établit à 4 790 millions d’euros. Sur l’année, les ventes de la Grande Industrie progressent de + 2,9 % : après un 1er semestre très dynamique, elles sont en retrait au deuxième semestre, essentiellement du fait des mesures ponctuelles de contrôle de l’énergie en Chine. L’activité Industriel Marchand présente une croissance comparable de + 10,2 %, soutenue par la forte activité en Chine et la reprise dans le reste de l’Asie. Les ventes 2021 de l’Électronique augmentent de + 6,7 % sur une base comparable, avec une forte contribution des Gaz vecteurs qui bénéficient du démarrage et de la montée en puissance de plusieurs unités.
  • Le chiffre d’affaires Gaz & Services 2021 de la zone Moyen-Orient et Afrique atteint 717 millions d’euros, en augmentation de + 12,7 % en données comparables. Les ventes de la Grande Industrie bénéficient de la forte demande en hydrogène des clients du bassin de Yanbu en Arabie Saoudite. Les volumes de gaz de l’air sont en très forte hausse en Afrique du Sud, avec l’intégration des 16 unités de Sasol dont l’acquisition a été finalisée fin juin : au 2ème semestre, les ventes atteignent 70 millions d’euros et sont reportées dans le périmètre significatif, donc exclues de la croissance comparable en 2021. En Industriel Marchand, les ventes continuent de progresser et l’activité Santé est en forte croissance notamment sur les trois premiers trimestres.

Les ventes de la Grande Industrie augmentent de +5,5 % sur une base comparable et bénéficient d’une forte demande des marchés de la Sidérurgie et de la Chimie ainsi que d’une reprise du raffinage au cours de l’année. Le chiffre d’affaires de l’Électronique progresse de + 7,0 % dans un marché très dynamique. La croissance de la Santé reste forte à + 7,2 % malgré une base de comparaison élevée en 2020, avec des équipes toujours mobilisées dans la lutte contre la covid-19. La reprise de l’activité Industriel Marchand s’est poursuivie en 2021, avec des ventes en hausse de + 8,4 %, soutenues par un effet prix de + 3,6 % sur l’année qui s’accélère pour atteindre + 7,0 % au 4ème trimestre.

Le chiffre d’affaires consolidé de l’Ingénierie & Construction s’établit à 387 millions d’euros en 2021, en forte hausse comparable de + 55,4 %. Sur l’année 2021, les prises de commandes dépassent 1 milliard d’euros pour la première fois depuis 2014 et s’élèvent à 1 249 millions d’euros. Elles bénéficient de la transition énergétique et de la dynamique positive en Asie qui représente plus de la moitié des commandes.

Le chiffre d’affaires 2021 de l’activité Marchés Globaux & Technologies s’établit à 681 millions d’euros, en croissance comparable de + 17,8 %. L’activité biogaz, très dynamique, est soutenue par la montée en puissance de nouvelles unités de production et par la hausse des prix de vente en lien avec l’augmentation des prix de l’énergie, notamment aux États-Unis.

Les efficacités (4) s’élèvent à 430 millions d’euros sur l’année, dépassant l’objectif annuel de 400 millions d’euros.

Le résultat opérationnel courant (ROC) du Groupe atteint 4 160 millions d’euros en forte augmentation de + 9,8 % et de + 12,7 % à données comparables, ce qui est nettement supérieur à la croissance comparable des ventes de + 8,2 %. La marge opérationnelle (ROC sur chiffre d’affaires) s’établit à 17,8 %, en amélioration de + 70 points de base hors effet énergie. En données publiées, la marge opérationnelle est en recul de - 70 points de base par rapport à 2020 du fait de la forte hausse des coûts de l’énergie qui sont contractuellement refacturés aux clients, créant ainsi un effet dilutif sur la marge publiée. Cette performance reflète la capacité du Groupe à transférer rapidement dans les prix l’augmentation exceptionnellement forte et brutale des coûts de l'énergie au 2ème semestre. Il s’agit également de la 3ème année successive d’amélioration significative de la marge opérationnelle hors effet énergie après les performances de 2019 (+ 70 points de base) et 2020 (+ 80 points de base).

Le résultat net part du Groupe atteint 2 572 millions d’euros en 2021, en croissance publiée de + 5,6 % et en forte hausse de + 8,9 % hors change. Le résultat net récurrent (5) part du Groupe s’établit également à 2 572 millions d’euros, en forte augmentation de + 9,9 % et de + 13,3 % hors change par rapport au résultat net récurrent part du Groupe 2020.

Le bénéfice net par action s’établit à 5,45 euros, en amélioration de + 5,5 % par rapport à 2020, en ligne avec la croissance du résultat net part du Groupe.

La capacité d’autofinancement s’élève à 5 292 millions d’euros, en forte hausse de + 7,3 % et de + 9,1 % hors effet de change. Elle s’établit à un niveau élevé de 22,7 % des ventes et 24,5 % hors effet énergie, en amélioration de + 40 points de base par rapport à 2020.

Les paiements sur investissements industriels bruts s’élèvent à 2 917 millions d’euros et se comparent à 2 630 millions d’euros en 2020. Ils représentent 12,5 % des ventes et 13,5 % hors effet énergie, ce qui reflète une activité de développement de projets très dynamique. Les investissements financiers s’élèvent à 660 millions d’euros en 2021, en forte hausse par rapport à 129 millions d’euros en 2020. Ils intègrent l’acquisition des unités de Sasol pour environ 480 millions d’euros. Au total, 21 acquisitions ont été réalisées en 2021. La dette nette s’établit à 10 448 millions d’euros au 31 décembre 2021.

Les décisions d’investissement industriel sont proches de 3,0 milliards d’euros, stables par rapport à 2020. Les décisions d’investissement financier atteignent 662 millions d’euros en 2021 et intègrent l’acquisition des 16 unités de production des gaz de l’air de Sasol pour environ 480 millions d’euros. Le portefeuille d’opportunités d’investissement à 12 mois est en hausse et atteint 3,3 milliards d’euros fin 2021, avec de nouvelles entrées au 2ème semestre notamment liées à l’Électronique en Asie et à la Grande Industrie. Les investissements en cours d’exécution (“investment backlog”) restent stables à un niveau élevé de 3,2 milliards d’euros, avec une répartition très équilibrée entre les différents secteurs d’activité et géographies.

La contribution additionnelle aux ventes des montées en puissance et des démarrages d’unités s’élève à 345 millions d’euros en 2021 et incluent 70 millions d’euros de contribution des unités de Sasol en Afrique du Sud au 2ème semestre. La contribution additionnelle aux ventes 2022 des montées en puissance et des démarrages d’unités devrait être comprise entre 410 et 435 millions d’euros. Elle inclut environ 135 millions d’euros des 16 unités de Sasol acquises fin juin 2021, la moitié de ce montant étant reportée dans le périmètre significatif.

Le retour sur capitaux employés après impôts (ROCE) est de 9,3 % en 2021. Le ROCE récurrent (6) est identique (9,3 %), en amélioration significative par rapport à 8,6 % en 2020 et en ligne avec l’objectif d’atteindre un ROCE supérieur à 10 % en 2023 ou 2024.

Lors de l’Assemblée Générale du 4 mai 2022, le versement d’un dividende de 2,90 euros par action sera proposé aux actionnaires au titre de l’exercice 2021, représentant une croissance de + 5,5 % par rapport à 2020. Le détachement du coupon est fixé au 16 mai 2022 et la mise en paiement interviendra à compter du 18 mai 2022. De plus, une attribution d’actions gratuites à raison de 1 action gratuite pour 10 actions détenues, ainsi que l’application d'une prime de fidélité, sont prévues pour juin 2022.

Le Conseil d’Administration d’Air Liquide, qui s’est réuni le 15 février 2022, a arrêté les comptes audités de l’exercice 2021. Un rapport avec une certification sans réserve est en cours d’émission par les Commissaires aux comptes.

Dans le cadre de la mise en place de la nouvelle gouvernance de la Société, annoncée le 1er décembre 2021, le Conseil d’Administration, sur recommandation du Comité des nominations et de la gouvernance présidé par Monsieur Jean-Paul Agon, Administrateur Référent, a approuvé les projets de résolutions qui seront soumis à l’Assemblée Générale du 4 mai 2022 afin notamment de renouveler le mandat d’Administrateur de Monsieur Benoît Potier, et de nommer Monsieur François Jackow en qualité d’Administrateur, pour une durée de quatre ans. Le Conseil qui se tiendra à l’issue de l’Assemblée Générale sera appelé à renouveler le mandat de Monsieur Benoît Potier en qualité de Président du Conseil d’Administration et à nommer Monsieur François Jackow pour lui succéder en qualité de Directeur Général à compter du 1er juin 2022. Afin de continuer à bénéficier de l’expérience de Monsieur Benoît Potier et de sa connaissance approfondie du Groupe et de ses enjeux stratégiques, certaines missions spécifiques lui seront confiées en sa qualité de Président du Conseil, qu’il exercera en étroite concertation avec le nouveau Directeur Général, dans le respect des dispositions légales et statutaires. Les missions respectives du Directeur Général et du Président du Conseil d’Administration à compter du 1er juin 2022 seront présentées dans le Document d’Enregistrement Universel 2021 de la Société publié en mars 2022 et dans le règlement intérieur du Conseil mis à jour qui sera publié sur le site internet de la Société le moment venu.

Sur recommandation du Comité des nominations et de la gouvernance, le Conseil d’Administration a également approuvé les projets de résolutions qui seront soumis à l’Assemblée Générale du 4 mai 2022 afin de :

  • Renouveler pour une durée de quatre ans le mandat d’Administrateur de Madame Annette Winkler, Administrateur indépendant depuis 2014, Présidente du Comité Environnement et Société et membre du Comité des nominations et de la gouvernance. Madame Annette Winkler continuera à faire bénéficier le Conseil d’Administration de son expérience d’ancien dirigeant d’une division d’un grand groupe industriel allemand à rayonnement international et de sa connaissance du secteur automobile.
  • Concernant Monsieur Jean-Paul Agon, dont le mandat d’Administrateur vient à échéance à l’issue de l’Assemblée Générale de mai 2022, le Conseil a pris acte de son souhait de ne pas solliciter le renouvellement de son mandat. Le Conseil l’a très vivement remercié pour sa contribution aux travaux du Conseil d’Administration qu’il accompagne depuis 2010, pour son exceptionnel engagement en qualité d’Administrateur Référent et de Président du Comité des nominations et de la gouvernance, ainsi que pour sa participation aux travaux du Comité des rémunérations.
  • Par ailleurs, Madame Sin Leng Low dont le mandat d’Administrateur arrive à échéance à l’issue de l’Assemblée Générale de mai 2022, a également fait part de son souhait de ne pas solliciter le renouvellement de son mandat d’Administrateur. Le Conseil en a pris acte et a très vivement remercié Madame Sin Leng Low pour sa contribution aux travaux du Conseil d’Administration dont elle est membre depuis 2014, et sa participation aux travaux du Comité d’audit dont elle est membre depuis 2015.

A l’issue de l’Assemblée Générale du 4 mai 2022, et sous réserve de l'approbation des résolutions proposées, le Conseil d'Administration serait ainsi composé de 12 membres : 10 membres élus par les actionnaires, très majoritairement indépendants (soit 80% d’Administrateurs indépendants) dont 5 femmes (soit 50 %) et 4 membres de nationalité étrangère, et 2 Administrateurs représentant les salariés.

Le Conseil d’Administration a également pris la décision de maintenir, dans le cadre de la nouvelle gouvernance dissociée, le mandat d'Administrateur Référent, nommé parmi les Administrateurs indépendants. Un Administrateur Référent sera ainsi désigné, avec des pouvoirs inchangés, pour succéder à Monsieur Jean-Paul Agon lors du Conseil qui se tiendra à l’issue de l’Assemblée Générale. Lors de ce même Conseil, sera arrêtée la nouvelle composition des Comités. Ces informations feront l’objet d’une communication suivant l’Assemblée Générale.

Enfin, le Conseil d’Administration soumettra au vote de l'Assemblée Générale les éléments de la rémunération 2021 de Monsieur Benoît Potier, en sa qualité de Président-Directeur Général, ainsi que les informations relatives à la rémunération de l'ensemble des mandataires sociaux pour 2021. L'Assemblée Générale sera également invitée à statuer sur la politique de rémunération des mandataires sociaux applicable à Monsieur Benoît Potier (en qualité de Président-Directeur Général pour la période courant du 1er janvier 2022 jusqu’au 31 mai 2022 et en qualité de Président du Conseil d’Administration à compter du 1er juin 2022), à Monsieur François Jackow (en qualité de Directeur Général à compter du 1er juin 2022) et aux Administrateurs.

Sommaire

PERFORMANCE

 

9

Chiffres clés

 

9

Compte de résultat

 

10

Flux de trésorerie et bilan 2021

 

20

Environnement et société

 

22

CYCLE D’INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT

 

24

Investissements

 

24

Financement 2021

 

26

PERSPECTIVES

 

28

ANNEXES

 

29

Indicateurs de performance

 

29

Calcul des indicateurs de performance (Année)

 

30

Calcul des indicateurs de performance (Trimestre)

 

34

Chiffre d’affaires du 4ème trimestre 2021

 

34

Information géographique et sectorielle

 

35

Compte de résultat consolidé

 

35

Bilan consolidé

 

36

Tableau des flux de trésorerie consolidé

 

37

PERFORMANCE

Sauf mention contraire, les variations du chiffre d’affaires commentées ci-dessous sont toutes des variations à données comparables sur une base annuelle, hors effets de change, d’énergie (gaz naturel et électricité) et de périmètre significatif.

Chiffres clés

(en millions d'euros)

 

2020

 

2021

 

Variation 2021/2020 publiée

 

Variation 2021/2020 comparable (a)

Chiffre d’affaires total

 

20 485

 

23 335

 

+ 13,9 %

 

+ 8,2 %

dont Gaz & Services

 

19 656

 

22 267

 

+ 13,3 %

 

+ 7,3 %

Résultat opérationnel courant

 

3 790

 

4 160

 

+ 9,8 %

 

+ 12,7 %

Marge opérationnelle Groupe

 

18,5 %

 

17,8 %

 

- 70 pbs

 

 

Variation hors énergie (b)

 

 

 

 

 

+ 70 pbs

 

 

Autres produits et charges opérationnels non courants

 

(140)

 

(151)

 

 

 

 

Résultat net (part du Groupe)

 

2 435

 

2 572

 

+ 5,6 %

 

 

Résultat net récurrent (part du Groupe) (c)

 

2 341

 

2 572

 

+ 9,9 %

 

 

Variation résultat net récurrent (part du Groupe) hors change (b)

 

 

 

 

 

+ 13,3 %

 

 

Bénéfice net par action (en euros)

 

5,16

 

5,45

 

+ 5,5 %

 

 

Dividende par action (en euros)

 

2,75

 

2,90 (d)

 

+ 5,5 %

 

 

Capacité d'autofinancement

 

4 932

 

5 292

 

+ 7,3 %

 

 

Paiements nets sur investissements (e)

 

1 971

 

3 388

 

 

 

 

Dette nette

 

10,6 Mds €

 

10,4 Mds €

 

 

 

 

Ratio de dette nette sur fonds propres

 

55,8 %

 

47,5 %

 

 

 

 

Rentabilité des capitaux employés après impôts - ROCE

 

9,0 %

 

9,3 %

 

+ 30 pbs

 

 

ROCE récurrent (f)

 

8,6 %

 

9,3 %

 

+ 70 pbs

 

(a) Variation hors effets de change, d’énergie (gaz naturel et électricité) et de périmètre significatif, voir réconciliation en annexe.

(b) Voir réconciliation en annexe.

(c) Hors opérations exceptionnelles et significatives qui n’impactent pas le résultat opérationnel courant, voir réconciliation en annexe.

(d) Dividende proposé aux actionnaires au titre de l’exercice 2021.

(e) Incluant les transactions avec les minoritaires.

(f) Sur la base du résultat net récurrent, voir réconciliation en annexe.

Compte de résultat

CHIFFRE D’AFFAIRES

Chiffre d'affaires

(en millions d'euros)

 

2020

 

2021

 

Variation 2021/2020 publiée

 

Variation 2021/2020 comparable

Gaz & Services

 

19 656

 

22 267

 

+ 13,3 %

 

+ 7,3 %

Ingénierie & Construction

 

250

 

387

 

+ 54,5 %

 

+ 55,4 %

Marchés Globaux & Technologies

 

579

 

681

 

+ 17,5 %

 

+ 17,8 %

CHIFFRE D'AFFAIRES TOTAL

 

20 485

 

23 335

 

+ 13,9 %

 

+ 8,2 %

Chiffre d'affaires trimestriel

(en millions d'euros)

 

T1 2021

 

T2 2021

 

T3 2021

 

T4 2021

Gaz & Services

 

5 103

 

5 247

 

5 585

 

6 332

Ingénierie & Construction

 

76

 

93

 

81

 

137

Marchés Globaux & Technologies

 

155

 

172

 

168

 

186

CHIFFRE D'AFFAIRES TOTAL

 

5 334

 

5 512

 

5 834

 

6 655

Variation 2021/2020 Groupe publiée

 

- 0,7 %

 

+ 12,4 %

 

+ 17,2 %

 

+ 27,2 %

Variation 2021/2020 Groupe comparable

 

+ 3,8 %

 

+ 15,2 %

 

+ 7,1 %

 

+ 7,2 %

Variation 2021/2020 Gaz & Services comparable

 

+ 2,8 %

 

+ 13,7 %

 

+ 6,5 %

 

+ 6,7 %

Groupe

Le chiffre d’affaires 2021 du Groupe s’établit à 23 335 millions d’euros, en croissance de + 8,2 %. Cette forte progression des ventes en 2021 intervient après une année 2020 marquée par la résilience du Groupe dans un environnement sanitaire particulièrement difficile. Par rapport à 2019, les ventes 2021 progressent de + 6 %(7). Le chiffre d’affaires consolidé de l’Ingénierie & Construction, en hausse de + 55,4 %, bénéficie notamment des projets liés à la transition énergétique. Celui des Marchés Globaux & Technologies affiche une croissance de + 17,8 %, soutenue par le dynamisme du Biogaz.

Les prix de l’énergie ont connu une augmentation exceptionnellement forte au 2nd semestre, notamment en Europe, générant un effet énergie très élevé de + 8,4 % sur l'année 2021, et atteignant même + 16,5 % au 4ème trimestre. Les effets de change et de périmètre significatif sont négatifs et s'élèvent respectivement à - 1,6 % et - 1,1 %. Ainsi, le chiffre d'affaires publié du Groupe augmente de + 13,9 %.

Gaz & Services

Le chiffre d’affaires Gaz & Services 2021 atteint 22 267 millions d’euros, en forte hausse de + 7,3 %. Les ventes de la Grande Industrie augmentent de +5,5 % et bénéficient d’une forte demande des marchés de la Sidérurgie et de la Chimie ainsi que d’une reprise du raffinage au cours de l’année. Le chiffre d’affaires de l’Électronique progresse de + 7,0 % dans un marché très dynamique, avec des ventes de gaz vecteurs en croissance à deux chiffres, bénéficiant du démarrage de nouvelles unités de production. La croissance de la Santé reste forte à + 7,2 % malgré une base de comparaison élevée en 2020, avec des équipes toujours mobilisées dans la lutte contre la covid-19. La reprise de l’activité Industriel Marchand s’est poursuivie en 2021, avec des ventes en hausse de + 8,4 %, soutenues par un effet prix de + 3,6 % sur l’année qui s’accélère pour atteindre + 7,0 % au 4ème trimestre.

Les ventes 2021 Gaz & Services sont en hausse publiée de + 13,3 % : l’effet énergie (+ 8,8 %) atteint un niveau record, notamment en fin d’année. Il est partiellement compensé par des effets défavorables de change (- 1,6 %) et de périmètre significatif (- 1,2 %). L'effet périmètre significatif correspond essentiellement à l’acquisition fin juin 2021 des 16 unités de séparation des gaz de l’air de Sasol, à la cession en 2020 de Schülke dans la Santé et à la réduction ou la cession de la participation du Groupe en 2020 dans plusieurs distributeurs non stratégiques au Japon.

Chiffre d'affaires par géographie et branche d'activité

(en millions d’euros)

 

2020

 

2021

 

Variation 2021/2020 publiée

 

Variation 2021/2020 comparable

Amériques

 

7 799

 

8 445

 

+ 8,3 %

 

+ 7,6 %

Europe

 

6 826

 

8 315

 

+ 21,8 %

 

+ 7,0 %

Asie-Pacifique

 

4 467

 

4 790

 

+ 7,2 %

 

+ 6,4 %

Moyen-Orient et Afrique

 

564

 

717

 

+ 27,2 %

 

+ 12,7 %

CHIFFRE D'AFFAIRES GAZ & SERVICES

 

19 656

 

22 267

 

+ 13,3 %

 

+ 7,3 %

Grande Industrie

 

4 972

 

6 978

 

+ 40,3 %

 

+ 5,5 %

Industriel Marchand

 

8 959

 

9 487

 

+ 5,9 %

 

+ 8,4 %

Santé

 

3 724

 

3 706

 

- 0,5 %

 

+ 7,2 %

Électronique

 

2 001

 

2 096

 

+ 4,8 %

 

+ 7,0 %

Amériques

Le chiffre d’affaires Gaz & Services de la zone Amériques s’établit à 8 445 millions d’euros pour l’année 2021, en croissance de + 7,6 %. Les ventes de la Grande Industrie, en hausse de + 7,6 %, bénéficient d’une demande forte et du démarrage et de la montée en puissance de nouvelles unités. La reprise se poursuit en Industriel Marchand avec un chiffre d’affaires en croissance de + 6,9 %. Les ventes de la Santé progressent de + 13,7 % sur l’année : les équipes sont restées mobilisées contre la pandémie et l’activité se normalise graduellement notamment aux Etats-Unis dans la médecine de ville. Le chiffre d’affaires de l’Électronique affiche une croissance solide de + 5,2 % en 2021.

  • Le chiffre d’affaires 2021 de la Grande Industrie est en hausse de + 7,6 %. Les volumes d’oxygène augmentent fortement sur l’année, soutenus par la demande des clients de la Chimie et de la Sidérurgie. La demande en hydrogène pour le Raffinage progresse également. Enfin, la montée en puissance d’unités en Amérique Latine et le démarrage de nouvelles unités au Canada et aux États-Unis contribuent à la croissance.
  • La reprise est soutenue en Industriel Marchand avec un chiffre d’affaires en progression de + 6,9 %. Aux États-Unis, la croissance est forte dans tous les marchés. Toutefois, le secteur de la construction non résidentielle reste ralenti, ce qui explique notamment la croissance limitée des équipements liés au gaz. Les volumes sont dynamiques en Amérique Latine, en particulier au Brésil. Les effets prix s’établissent à + 4,3 % sur l’année, en accélération au 4ème trimestre (+ 7,0 %), soutenus par des campagnes de prix dynamiques.
  • Le chiffre d’affaires de la Santé progresse fortement (+ 13,7 %) en 2021, particulièrement au cours des trois premiers trimestres qui bénéficient de volumes d’oxygène médical en très forte hausse sur l’ensemble de la zone du fait de la pandémie. Aux États-Unis, la médecine de ville retrouve progressivement une activité normale avec une reprise des interventions chirurgicales non-urgentes. La Santé à domicile connaît une très forte croissance en Amérique Latine, notamment l’oxygénothérapie et le traitement de l’apnée du sommeil.
  • Les ventes de l’Électronique affichent une progression de + 5,2 % sur l’année, soutenues en particulier par le démarrage d’une unité de gaz vecteurs aux Etats Unis et par la forte demande en Matériaux spéciaux.

Europe

Le chiffre d’affaires 2021 de la zone Europe augmente de + 7,0 % et atteint 8 315 millions d’euros. Les ventes de la Grande Industrie (+ 5,2 %) sont soutenues par la forte activité des clients de la Sidérurgie et de la Chimie ainsi que par une reprise progressive du Raffinage. L'activité Industriel Marchand est en forte croissance de + 10,8 %, bénéficiant de volumes dynamiques dans l’ensemble des marchés et des géographies et d’une accélération des effets prix au 4ème trimestre. La Santé affiche un chiffre d’affaires en progression de + 4,7 % sur une base comparable, après une croissance exceptionnellement forte de + 9,7 % en 2020 : les ventes 2021 d’oxygène médical liées à la pandémie progressent fortement, même si les ventes du 4ème trimestre sont inférieures au niveau record de 2020. Le chiffre d’affaires bénéficie par ailleurs d’une reprise de l’activité dans la Santé à domicile et des interventions chirurgicales dans les hôpitaux.

  • Sur l’année 2021, les ventes de la Grande Industrie sont en croissance comparable de + 5,2 %, soutenues par la forte demande dans la Sidérurgie et la Chimie. Les volumes d’hydrogène pour le Raffinage progressent du fait d’une reprise de l’activité et de la contribution d’une nouvelle unité au Kazakhstan acquise en début d’année. La croissance soutenue des ventes dans l’est de l’Europe bénéficie également du démarrage de deux unités en Russie et d’une unité au Kazakhstan au 2ème semestre. Le 2ème semestre 2021 est marqué par la forte et rapide augmentation des prix de l’énergie qui sont contractuellement refacturés aux clients.
  • La reprise a été forte toute l’année en Industriel Marchand, les ventes progressant de + 10,8 %. Tous les grands marchés sont en croissance, principalement la Fabrication, les Matériaux et l’Énergie. En Europe de l’Ouest, les ventes de gaz sous forme liquide affichent une croissance à deux chiffres et les ventes de gaz en bouteilles progressent également dans tous les pays. L’activité est particulièrement dynamique dans l’est de l’Europe avec une hausse des ventes supérieure à + 20 %, notamment en Pologne, en Russie et en Turquie. Les effets prix sont de + 3,9 % sur l’année, en progression séquentielle et en forte accélération au 4ème trimestre où ils s’établissent à + 10,4 %. Ils reflètent la capacité des équipes à transférer rapidement dans les prix l’augmentation forte et brutale des coûts de l’énergie.
  • La Santé poursuit la croissance de son chiffre d’affaires (+ 4,7 %) sur l’année 2021 après une progression exceptionnellement forte en 2020 au pic de la pandémie, en particulier des gaz médicaux et des ventes d'équipements. Les ventes 2021 de gaz médicaux présentent une forte croissance, notamment sur les 3 premiers trimestres ; au 4ème trimestre, elles sont en baisse par rapport à des ventes très élevées en 2020. L’activité est soutenue dans la Santé à domicile, notamment pour le traitement du diabète avec l’expansion de l’offre en France et son lancement dans de nouvelles géographies comme l’Allemagne et le Royaume-Uni. La reprise des prescriptions pour l’apnée du sommeil contribue aussi à cette dynamique dans la quasi-totalité des pays. Enfin, les ventes d’Ingrédients de spécialité contribuent à la forte croissance de l’année.

Europe

  • Air Liquide et BASF prévoient de développer le plus grand projet mondial transfrontalier de chaîne de valeur de captage et de séquestration de carbone (CCS). L’objectif est de réduire significativement les émissions de CO2 du pôle industriel situé sur le port d’Anvers. Le projet commun “Kairos@C” a été sélectionné par la Commission européenne pour recevoir un financement à travers son Fonds consacré à l’innovation. Il s’agit de l’un des sept projets de grande taille retenus sur plus de 300 présentés.
  • Air Liquide a annoncé plusieurs projets dans le bassin industriel de Normandie en France en lien avec la transition énergétique :
    • Air Liquide et TotalEnergies s’associent pour décarboner la production d’hydrogène sur la plateforme de TotalEnergies en Normandie. Ce projet* consiste dans un premier temps en l’acquisition de l’unité existante de production d’hydrogène de TotalEnergies et sa connexion au réseau existant de canalisations d’Air Liquide. Dans une deuxième étape, le projet prévoit l’investissement par Air Liquide d’une nouvelle unité de captage du CO2 sur l’unité acquise à TotalEnergies. Ces investissements permettront le développement du premier réseau de canalisations hydrogène bas carbone au monde. La mobilité Hydrogène sera ensuite développée à partir de ces infrastructures industrielles.
    • Air Liquide, Borealis, Esso, TotalEnergies et Yara ont signé un protocole d’accord pour travailler au développement d’une infrastructure de captage et stockage du CO2 contribuant ainsi à la décarbonation du bassin industriel normand. La première phase consistera à étudier la faisabilité technique et économique de ce projet dont l’objectif est la réduction d’émissions de CO2 jusqu’à 3 millions de tonnes par an d’ici 2030.
    • Air Liquide a porté sa participation totale à 100 % de la société H2V Normandy dont elle détenait jusque là 40 %. Rebaptisée Air Liquide Normand'Hy, la société a pour objectif de construire un électrolyseur à grande échelle d'au moins 200 MW pour la production d'hydrogène renouvelable en France. Cet investissement stratégique permettra de soutenir le développement d'un écosystème hydrogène bas carbone dans le bassin industriel normand.
  • Air Liquide et Eni unissent leurs forces pour développer la mobilité hydrogène qui fait partie des solutions pour décarboner le secteur du transport. Les deux entreprises ont noué un partenariat visant à investir dans le développement des infrastructures nécessaires à l’expansion de la mobilité hydrogène en Italie.

* Ce projet est soumis à l’approbation des autorités compétentes.

Asie-Pacifique

Le chiffre d’affaires 2021 de la zone Asie-Pacifique est en forte hausse de + 6,4 % et s’établit à 4 790 millions d’euros. Sur l’année, les ventes de la Grande Industrie progressent de + 2,9 % : après un 1er semestre très dynamique, elles sont en retrait au deuxième semestre, essentiellement du fait des mesures ponctuelles de contrôle de l’énergie en Chine. L’activité Industriel Marchand présente une croissance de + 10,2 %, soutenue par la forte activité en Chine et la reprise dans le reste de l’Asie. Les ventes 2021 de l’Électronique progressent de + 6,7 %, avec une forte contribution des Gaz vecteurs qui bénéficient du démarrage et de la montée en puissance de plusieurs unités.

  • Les ventes 2021 de la Grande Industrie affichent une croissance de + 2,9 % : après une progression de + 9,8 % au 1er semestre, elles sont impactées au 2ème semestre par les mesures ponctuelles de contrôle de l’énergie en Chine qui s’atténuent au 4ème trimestre. Sur l’année, l’activité bénéficie notamment de volumes élevés à Singapour, d’une forte demande en oxygène des clients de la Sidérurgie au Japon et de la montée en puissance d’une nouvelle unité en Corée du Sud.
  • Le chiffre d’affaires de l'Industriel Marchand progresse de + 10,2 %, avec des ventes en croissance dans toutes les géographies. En Chine, elle dépasse + 17 % sur l’année avec notamment une très forte progression des ventes de gaz en bouteilles et de gaz produits par des petits générateurs sur site. Tous les grands marchés sont en hausse dans la zone et particulièrement l’Automobile, la Fabrication, les Matériaux et l’Énergie. Les effets prix s’établissent à + 0,6 % sur l’année, en accélération au 4ème trimestre où ils atteignent + 2,6 % et +3,2% hors hélium, suite à des campagnes d’augmentation des prix, notamment en Chine.
  • Les ventes 2021 de l’Électronique sont en hausse de + 6,7 %, soutenues par un marché des semi-conducteurs très dynamique. Les ventes de gaz vecteurs progressent fortement avec la montée en puissance d’unités et 5 démarrages au cours de l’année en Chine, au Japon et à Singapour. La croissance des ventes de Matériaux avancés et de Matériaux spéciaux est très solide sur l’année avec une forte accélération au 4ème trimestre. Les ventes d’Équipements et Installations affichent une progression robuste en 2021.

Asie-Pacifique

  • Air Liquide investira près de 70 millions d’euros dans la construction d’une unité de production de gaz industriels de dernière génération à Wuhan pour fournir un producteur majeur de puces mémoire flash. Air Liquide produit des gaz de ultra haute pureté pour cette société de haute technologie chinoise depuis plus de 12 ans. L’unité devrait être opérationnelle en 2022.
  • Air Liquide et Jiangsu Shagang Group, la plus grande entreprise sidérurgique privée de Chine et parmi les 5 leaders mondiaux, ont signé un nouveau contrat d'approvisionnement de long terme en gaz industriels à Zhangjiagang City, dans la province de Jiangsu, en Chine. Air Liquide va investir environ 100 millions d'euros dans la construction d'une unité de séparation des gaz de l'air (ASU) de taille mondiale sur le site, où le Groupe exploite déjà deux autres ASUs. Conçue pour utiliser de l’énergie bas carbone, cette unité de pointe permettra à terme de réduire considérablement les émissions de CO2. Cette nouvelle ASU produira également du krypton et du xénon pour répondre à la demande croissante de l’industrie Electronique, ainsi que d’autres gaz pour notre activité Industriel Marchand en Chine.

Moyen-Orient et Afrique

Le chiffre d’affaires 2021 de la zone Moyen-Orient et Afrique atteint 717 millions d’euros, en augmentation de + 12,7 %. Les ventes de la Grande Industrie bénéficient de la forte demande en hydrogène des clients du bassin de Yanbu en Arabie Saoudite. Les volumes de gaz de l’air sont en très forte hausse en Afrique du Sud, avec l’intégration des 16 unités de Sasol dont l’acquisition a été finalisée fin juin : au 2ème semestre, les ventes atteignent 70 millions d’euros et sont reportées dans le périmètre significatif, donc exclues de la croissance comparable en 2021. En Industriel Marchand, les ventes continuent de progresser. L’activité Santé est en forte croissance sur les trois premiers trimestres, soutenue par des fournitures importantes d’oxygène médical dans les pays affectés par la pandémie ; au 4ème trimestre, les ventes sont en baisse par rapport à un niveau d’activité très élevé en 2020.

Moyen-Orient et Afrique

  • Air Liquide a finalisé, fin juin 2021, l’acquisition des 16 unités de séparation des gaz de l’air (ASU) de Sasol situées à Secunda, en Afrique du Sud. Le Groupe reprend ainsi le plus grand site de production d'oxygène au monde et l'exploitera avec pour objectif de réduire de 30% à 40 % les émissions de CO2 associées à la production d’oxygène dans les 10 prochaines années. Le montant initial de l’investissement s’élève à environ 8 milliards de Rand sud-africains (environ 480 millions d’euros).

Ingénierie & Construction

Le chiffre d’affaires consolidé de l’Ingénierie & Construction s’établit à 387 millions d’euros en 2021, en forte hausse de + 55,4 %.

Sur l’année 2021, les prises de commandes dépassent 1 milliard d’euros pour la première fois depuis 2014 et s’élèvent à 1 249 millions d’euros. Elles bénéficient de la transition énergétique et de la dynamique positive en Asie, qui représente plus de la moitié des commandes. Elles incluent notamment un projet majeur de production d’hydrogène liquide en Asie ainsi que des ventes de licences et de services d’ingénierie dans le domaine de l’hydrogène et du captage du CO2. Les commandes pour le Groupe représentent environ la moitié du total.

Marchés Globaux & Technologies

Le chiffre d’affaires 2021 de l’activité Marchés Globaux & Technologies s’établit à 681 millions d’euros, en croissance de + 17,8 %. L’activité biogaz, très dynamique, bénéficie de la montée en puissance de nouvelles unités de production et de la hausse des prix de vente en lien avec l’augmentation des prix de l’énergie, notamment aux États-Unis.

Les prises de commandes pour les projets Groupe et pour les clients tiers s’élèvent à 699 millions d’euros, en forte hausse de + 17,0 %. Il s’agit notamment de grands liquéfacteurs d’hydrogène, de stations de remplissage d’hydrogène et de plus de 10 unités de reliquéfaction Turbo-Brayton.

Marchés Globaux & Technologies

  • Air Liquide a conclu un accord à long terme avec Laurentis Energy Partners, un leader de l'industrie des énergies propres, pour produire et distribuer de l'hélium 3 (3He). Cette molécule est un isotope rare de l'hélium utilisé dans l'informatique et les sciences quantiques, l'astrophysique, la détection des neutrons, l'imagerie médicale et, dans le futur, la fusion. Grâce à ce nouveau partenariat, Air Liquide sera en mesure de livrer de grandes quantités d'hélium 3 à ses clients du monde entier.
  • Air Liquide et IVECO, la marque de véhicules utilitaires de CNH Industrial, ont signé un protocole d'accord pour développer la mobilité hydrogène en Europe. Ce partenariat contribuera à développer la mobilité propre en s’appuyant sur les compétences complémentaires des deux entreprises. Air Liquide apportera notamment son expertise de l’hydrogène sur toute la chaîne de valeur, de la production à la distribution en passant par le stockage, et IVECO son expérience en tant que fournisseur de solutions avancées de transport durable.
  • Air Liquide, Airbus et le Groupe ADP ont signé un protocole d’accord pour préparer l'arrivée de l'hydrogène dans les aéroports en 2035 dans le cadre du développement de l'avion à hydrogène. Les partenaires entendent combiner leurs expertises respectives pour accompagner la décarbonation du transport aérien et définir les besoins concrets et les opportunités qu'apporte l'hydrogène au secteur aéronautique.

RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT

Le résultat opérationnel courant avant amortissements s’élève à 6 333 millions d’euros, en croissance de + 6,8 % par rapport à 2020.

Les frais de personnel augmentent de + 2,9 % et de + 4,7 % hors change. Les achats sont en hausse significative de + 30,4 %, ce qui reflète principalement l’augmentation exceptionnellement forte et rapide (de + 32,3 % hors effet de change sur l’année) des coûts de l’énergie, notamment au 2ème semestre. Pour rappel, dans l’activité Grande Industrie, les coûts de l’énergie sont contractuellement refacturés aux clients. Les autres charges et produits d’exploitation progressent de + 4,2 % et incluent notamment une hausse des coûts de transport et des frais de maintenance suite à la vague de froid exceptionnelle dans le Golfe du Mexique en début d’année et à l'ouragan Ida en septembre. Les amortissements atteignent 2 173 millions d’euros, en progression limitée de + 1,6 % et de + 2,7 % hors change : l’impact du démarrage de nouvelles unités ainsi que l’intégration des 16 ASUs de Sasol acquises en juin 2021 sont partiellement compensés par les cessions, dont celle de Schülke en 2020, et par la fin de l’amortissement de certains actifs.

Le résultat opérationnel courant (ROC) du Groupe atteint 4 160 millions d’euros en forte augmentation de + 9,8 % et de + 12,7 % à données comparables, ce qui est nettement supérieur à la croissance comparable des ventes de + 8,2 %. La marge opérationnelle (ROC sur chiffre d’affaires) s’établit à 17,8 % en données publiées, en amélioration de + 70 points de base hors effet énergie. En données publiées, la marge opérationnelle est en recul de - 70 points de base par rapport à 2020 du fait de la forte hausse des coûts de l’énergie qui sont contractuellement refacturés aux clients de la Grande Industrie, créant ainsi un effet dilutif sur la marge publiée. Cette performance reflète la capacité du Groupe à transférer rapidement dans les prix l’augmentation exceptionnellement forte et brutale des coûts de l'énergie au 2ème semestre. Il s’agit également de la 3ème année successive d’amélioration significative de la marge opérationnelle hors effet énergie après les performances de 2019 (+ 70 points de base) et 2020 (+ 80 points de base).

Les efficacités(8) s’élèvent à 430 millions d’euros sur l’année, dépassant l’objectif annuel de 400 millions d’euros. Elles représentent une économie de 3,0 % de la base des coûts. Les efficacités industrielles contribuent pour près de 50 % et sont notamment le résultat des investissements dans les projets d’efficacités, en particulier d’efficacité énergétique dans la Grande Industrie. La mise en place d’outils digitaux pour la transformation du Groupe continue, avec l’accélération du déploiement des centres d’opération à distance d’unités de production Grande Industrie (Smart Innovative Operations, SIO), de nouveaux outils d’optimisation des tournées de livraison en Industriel Marchand (Integrated Bulk Operations, IBO), et la mise en place d’une plateforme de suivi à distance des patients dans la Santé.

La gestion du portefeuille d’actifs et des prix contribue également à l’amélioration des marges.

Gaz & Services

Le résultat opérationnel courant de l’activité Gaz & Services s’élève à 4 362 millions d’euros, en forte hausse de + 8,6 % par rapport à 2020, et en progression de + 11,3 % sur une base comparable. La marge opérationnelle atteint 19,6 %, en amélioration de + 80 points de base hors effet énergie. En données publiées, la marge opérationnelle est en retrait par rapport à 2020 (20,4 %) du fait de la forte hausse des coûts de l’énergie, contractuellement refacturés aux clients de la Grande Industrie, créant ainsi un effet dilutif sur la marge publiée.

Les prix dans l'activité Industriel Marchand sont en hausse de + 3,6 % sur l’année du fait de campagnes d’augmentation lancées en début d’année et qui se sont accélérées au 2ème semestre dans un environnement inédit d’augmentation forte et rapide des prix de l’énergie, notamment en Europe. Les prix sont stables dans la Santé (en baisse en Europe et en hausse en Amérique) et en recul dans l'Électronique du fait de la réduction des prix de certains Matériaux avancés en contrepartie de la signature de contrats moyen terme avec les clients, en anticipation d’une forte hausse des volumes.

Marge opérationnelle Gaz et Services (a)

 

2020

 

2021

 

2021, hors effet énergie

 

Variation 2021/2020 hors effet énergie

Amériques

 

19,6 %

 

20,1 %

 

20,9 %

 

+ 130 pbs

Europe

 

20,6 %

 

17,4 %

 

20,5 %

 

- 10 pbs

Asie-Pacifique

 

22,0 %

 

22,2 %

 

22,6 %

 

+ 60 pbs

Moyen-Orient et Afrique

 

16,9 %

 

22,1 %

 

22,4 %

 

+ 550 pbs

TOTAL

 

20,4 %

 

19,6 %

 

21,2 %

 

+ 80 pbs

 

(a) Résultat opérationnel courant/chiffre d’affaires, en données publiées

Le résultat opérationnel courant de la zone Amériques atteint 1 694 millions d’euros en 2021, en hausse de + 10,7 %. Hors effet énergie, la marge opérationnelle est de 20,9 %, en très forte augmentation de + 130 points de base par rapport à 2020. L’industriel Marchand est l’activité la plus fortement contributrice du fait de la hausse des volumes liée à la reprise de l’activité et des efficacités générées conjuguées à un fort contrôle des coûts. L’amélioration des volumes et du mix d’activité dans la Santé et les efficacités réalisées dans la Grande Industrie participent également à la progression de la marge opérationnelle.

Le résultat opérationnel courant de la zone Europe s’élève à 1 444 millions d’euros, en croissance de + 2,8 %. Hors effet énergie, la marge opérationnelle s’établit à 20,5 %, soit un recul limité de - 10 points de base par rapport à 2020. La marge opérationnelle des activités industrielles est en légère amélioration, soutenue par la Grande Industrie, notamment les efficacités, et dans une moindre mesure par la hausse des volumes et les efficacités en Industriel Marchand. La marge opérationnelle de la Santé est en recul du fait de baisses de prix réglementaires significatives et malgré la génération d’importantes efficacités et l’amélioration du mix d’activité avec la forte progression de la Santé à domicile.

En Asie-Pacifique, le résultat opérationnel courant s’établit à 1 066 millions d’euros, en augmentation de + 8,2 %. La marge opérationnelle atteint 22,6 % hors effet énergie, en hausse de + 60 points de base par rapport à 2020. L'Électronique, qui bénéficie notamment d’une forte augmentation des volumes de Matériaux avancés et de Gaz vecteurs avec plusieurs démarrages dans l’année, et la Grande Industrie qui génère des efficacités significatives, sont les deux activités les plus contributrices. L’industriel Marchand et la Santé participent également à l’amélioration de la marge opérationnelle mais dans une moindre mesure, grâce aux efficacités et également à la hausse des volumes en Industriel Marchand.

Le résultat opérationnel courant de la zone Moyen-Orient et Afrique s’élève à 158 millions d’euros, en croissance significative de + 66,0 %, notamment du fait de l’acquisition des 16 unités de Sasol fin juin qui contribuent pleinement au 2ème semestre. Hors effet énergie, la marge opérationnelle s’établit à 22,4 %, en très forte amélioration de + 550 points de base par rapport à 2020. L’intégration des 16 unités de Sasol contribue à près de la moitié de l’amélioration, le client conservant directement à sa charge les coûts de l’énergie dans une première phase, ce qui a un effet relutif sur la marge. La marge opérationnelle bénéficie par ailleurs de la hausse des volumes en Grande Industrie, notamment dans le bassin de Yanbu en Arabie saoudite, ainsi qu’en Industriel Marchand où les efficacités générées ont également été significatives.

Ingénierie & Construction

Le résultat opérationnel courant de l’Ingénierie & Construction est de 42 millions d’euros en 2021. La marge opérationnelle s’établit à 11,0 %, en forte amélioration par rapport à 5,1% en 2020 du fait de la nette reprise de l’activité et de l’avancement des projets.

Marchés Globaux & Technologies

Le résultat opérationnel courant de l’activité Marchés Globaux & Technologies s’établit à 97 millions d’euros avec une marge opérationnelle de 14,2 % sur l’année, en hausse de + 70 points de base par rapport à 2020.

Frais de holding et Recherche & Développement

Les Frais de holding et de Recherche & Développement s’élèvent à 341 millions d’euros. Ils ont augmenté de + 7,4 % par rapport à 2020, notamment du fait du développement de la recherche et de charges liées à l’augmentation de capital réservée aux salariés.

RÉSULTAT NET

Les autres produits et charges opérationnels présentent un solde de - 151 millions d’euros par rapport à -140 millions d’euros en 2020. Ils incluent notamment des coûts liés aux plans de réalignement réalisés dans différents pays et activités, et des charges liées aux acquisitions et cessions réalisées dans l’année.

Le résultat financier s’établit à - 408 millions d’euros et inclut un coût de la dette nette de - 280 millions d’euros, en baisse de - 20,6 % par rapport à 2020. Cette diminution s’explique essentiellement par le coût exceptionnel enregistré en 2020 généré par le remboursement anticipé d’obligations émises par Airgas avant son acquisition par Air Liquide (“senior notes”). Le coût moyen de la dette nette est de 2,8 %, stable par rapport à 2020. Les autres produits et charges financiers s’élèvent à - 128 millions d’euros par rapport à - 87 millions d’euros en 2020. Cet écart s’explique notamment par une provision pour des intérêts moratoires, l’impact de l’hyperinflation en Argentine et l’effet de la réévaluation des instruments financiers.

La charge d’impôt atteint 915 millions d’euros en 2021 soit un taux effectif d’impôt de 25,4 %. Il se compare à un taux exceptionnellement bas (21,1 %) en 2020, du fait de l’imposition à un taux réduit de la plus value de cession de Schülke.

La quote-part du résultat des sociétés mises en équivalence s’établit à 5 millions d’euros. La part des intérêts minoritaires dans le résultat net atteint 120 millions d’euros, en hausse de + 28,9 %, le résultat des filiales avec des actionnaires minoritaires ayant fortement progressé avec la reprise de l’activité.

Le résultat net part du Groupe atteint 2 572 millions d’euros en 2021, en croissance publiée de + 5,6 % et en forte hausse de + 8,9 % hors change. Le résultat net récurrent(9) part du Groupe s’établit également à 2 572 millions d’euros, en forte augmentation de + 9,9 % et de + 13,3 % hors change par rapport au résultat net récurrent part du Groupe 2020.

Le bénéfice net par action s’établit à 5,45 euros, en amélioration de + 5,5 % par rapport à 2020, en ligne avec la croissance du résultat net part du Groupe. Le nombre moyen d’actions en circulation retenu pour le calcul du bénéfice net par action 2021 est de 472 253 960.

Évolution du nombre d’actions

 

 

2020

 

2021

Nombre moyen d’actions en circulation

 

471 603 408

 

472 253 960

DIVIDENDE

Lors de l’Assemblée Générale du 4 mai 2022, le versement d’un dividende de 2,90 euros par action sera proposé aux actionnaires au titre de l’exercice 2021, représentant une croissance de + 5,5 % par rapport à 2020. Le montant distribué est estimé à 1 415 millions d’euros en tenant compte des mouvements de rachats et d'annulations d'actions, soit un taux de distribution de 55 % du résultat net publié. Le détachement du coupon est fixé au 16 mai 2022 et la mise en paiement interviendra à compter du 18 mai 2022. De plus, une attribution d’actions gratuites à raison de 1 action gratuite pour 10 actions détenues, ainsi que l’application d'une prime de fidélité, sont prévues pour juin 2022.

Flux de trésorerie et bilan 2021

(en millions d'euros)

 

2020

 

2021

Capacité d'autofinancement

 

4 932

 

5 292

Variation du besoin en fonds de roulement

 

364

 

377

Autres éléments avec impact sur la trésorerie

 

(91)

 

(99)

Flux net de trésorerie généré par les activités opérationnelles

 

5 206

 

5 571

Distribution

 

(1 387)

 

(1 418)

Acquisitions d'immobilisations nettes des cessions

 

(1 971)

 

(3 388)

Augmentations de capital en numéraire

 

44

 

175

Achats d'actions propres

 

(50)

 

(40)

Remboursement des dettes de loyers et intérêts sur dettes de loyers décaissés nets

 

(282)

 

(274)

Incidence des variations monétaires et de la dette nette d’ouverture des sociétés

nouvellement intégrées et retraitement du coût de la dette nette

 

203

 

(465)

Variation de la dette nette

 

1 764

 

161

Dette nette au 31 décembre

 

(10 609)

 

(10 448)

Ratio de dette nette sur fonds propres au 31 décembre

 

55,8 %

 

47,5 %

FLUX DE TRÉSORERIE GÉNÉRÉ PAR LES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES ET VARIATION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT

La capacité d’autofinancement s’élève à 5 292 millions d’euros, en forte hausse de + 7,3 % et de + 9,1 % hors effet de change. Elle s’établit à un niveau élevé de 22,7 % des ventes et 24,5 % hors effet énergie, en amélioration de + 40 points de base par rapport à 2020. L’amélioration du ratio de résultat opérationnel courant avant amortissement sur ventes hors effet énergie est également de + 40 points de base.

Le besoin en fonds de roulement (BFR) diminue fortement, de 377 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2020. L’amélioration provient principalement d’une augmentation des avances de clients tiers dans l’Ingénierie & Construction en lien avec la forte reprise d’activité, et de l’augmentation des programmes d’affacturage sans recours d’un montant proche de 300 millions d’euros hors change afin de gérer l'effet de la forte augmentation des prix de l’énergie sur la valeur des créances clients. L’attention forte portée au recouvrement continue dans un contexte de pandémie. Ainsi, le BFR hors impôts rapporté aux ventes s’améliore à 0,9 %, par rapport à 2,3 % en 2020.

Le flux net de trésorerie généré par les activités opérationnelles, après variation du besoin en fonds de roulement, atteint 5 571 millions d’euros, soit une hausse significative de + 7,0 % par rapport à 2020 et de + 8,6 % hors change.

PAIEMENTS SUR INVESTISSEMENTS

(en millions d'euros)

 

Paiements sur investissements industriels

 

Paiements sur investissements financiers (a)

 

Total paiements sur investissements (a)

2017

 

2 183

 

144

 

2 327

2018

 

2 249

 

131

 

2 380

2019

 

2 636

 

568

 

3 205

2020

 

2 630

 

145

 

2 775

2021

 

2 917

 

696

 

3 613

       

(a) Incluant les transactions avec les minoritaires

Les paiements bruts sur investissements s’établissent à un très haut niveau de 3 613 millions d’euros en 2021, incluant les transactions avec les minoritaires.

Les paiements sur investissements industriels bruts s’élèvent à 2 917 millions d’euros et se comparent à 2 630 millions d’euros en 2020. Ils représentent 12,5 % des ventes et 13,5 % hors effet énergie, ce qui reflète une activité de développement de projets très dynamique. Pour les activités Gaz & Services, ces paiements s’établissent à 2 641 millions d’euros et leur répartition par géographie est présentée dans le tableau ci-dessous.

 

 

Gaz & Services

(en millions d'euros)

 

Europe

 

Amériques

 

Asie-Pacifique

 

Moyen-Orient et

Afrique

 

Total

2020

 

873

 

914

 

577

 

53

 

2 416

2021

 

913

 

909

 

755

 

64

 

2 641

Les investissements financiers s’élèvent à 660 millions d’euros en 2021, en forte hausse par rapport à 129 millions d’euros en 2020. Ils incluent l’acquisition des unités de Sasol pour environ 480 millions d’euros. Au total, 21 acquisitions ont été réalisées en 2021.

Les produits de cession atteignent 220 millions d’euros en 2021 et reflètent la volonté du Groupe de maintenir une stratégie active de gestion de portefeuille. Ils comprennent notamment la cession des activités en Grèce, celles de propane aux États-Unis et d’air comprimé en France.

Les paiements nets sur investissements(10) s’établissent à 3 388 millions d’euros.

DETTE NETTE

La dette nette au 31 décembre 2021 atteint 10 448 millions d’euros. Malgré le niveau très élevé des investissements et un effet de change défavorable, elle est en baisse de 161 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2020 essentiellement du fait de la hausse de la capacité d’autofinancement du Groupe et de la baisse du besoin en fonds de roulement. Le ratio de dette nette sur fonds propres s’établit à 47,5 %.

ROCE

Le retour sur capitaux employés après impôts (ROCE) est de 9,3 % en 2021. Le ROCE récurrent(11) est identique (9,3 %), en amélioration significative par rapport à 8,6 % en 2020 et en ligne avec l’objectif d’atteindre un ROCE supérieur à 10 % en 2023 ou 2024.

Environnement et société

SÉCURITÉ

Le taux de fréquence(12) des accidents de travail avec arrêt des employés atteint 1,1 fin 2021, augmentant légèrement par rapport à 2020 (0,9) qui était le taux le plus bas depuis 20 ans, en lien avec la forte reprise des activités en 2021.

DÉVELOPPEMENT DURABLE

En mars 2021, le Groupe a annoncé le renforcement de l’ensemble de ses objectifs de développement durable en les détaillant autour de trois axes.

Tout d’abord agir pour une société bas carbone, en ligne avec l’Accord de Paris, en se fixant pour objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, avec deux grande étapes intermédiaires : le début de la réduction des émissions de CO2 en valeur absolue autour de 2025 puis une baisse de - 33 % des émissions de CO2 des scopes 1 et 2 d’ici 2035(13) par rapport à 2020. De plus, le Groupe maintient son objectif fixé en 2018 de réduire de - 30 % son intensité carbone par rapport à 2015 d’ici 2025(14).

En 2021, les émissions de CO2 des scopes 1 et 2 du Groupe s’établissent à environ 36 millions de tonnes et l’intensité carbone(15) est de 5,5 kg de CO2 équivalent par euro d’EBITDA. Une nouvelle organisation de la gestion des émissions de gaz à effet de serre a été définie et mise en place dès cette année. Cette organisation, les décisions prises et les actions menées par le Groupe permettent de sécuriser l’inflexion des émissions en valeur absolue autour de 2025 et la baisse de - 30 % de l’intensité carbone.

Ensuite, agir pour la Santé en améliorant la qualité de vie des patients atteints de maladies chroniques dans les économies matures et en facilitant l’accès à l’oxygène médical dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

En 2021, Air Liquide a pris en charge environ 1 million de patients à domicile, dont 38 % suivent un parcours de soins personnalisés. De plus, les initiatives spécifiques du Groupe facilitent l’accès à l’oxygène médical pour environ 1 million de personnes dans les pays à revenu faible et intermédiaire, principalement en milieu rural.

Enfin, agir en confiance en s’engageant auprès des collaborateurs et en s’inscrivant dans les meilleures pratiques de gouvernance. Air Liquide promeut l’inclusion et la diversité au sein de ses équipes en vue notamment d’atteindre une proportion de 35 % de femmes ingénieurs et cadres dans ses effectifs d’ici 2025. Le Groupe s’est aussi engagé à offrir une couverture sociale de base commune à tous ses collaborateurs dans tous les pays où le Groupe est présent.

Air Liquide compte 31 % de femmes ingénieurs et cadres dans ses effectifs en 2021 qui se comparent à 29 % en 2017 suite à l'acquisition d’Airgas. En 2021, 34 % des collaborateurs bénéficient de la couverture sociale de base commune. Par ailleurs, de mai à septembre 2021, les entités de chaque pays ont évalué les écarts par rapport à leur situation actuelle et défini un plan de mise à niveau progressif d’ici 2025. Une équipe dédiée à cet engagement a été constituée au sein de la Direction des Ressources Humaines pour piloter le déploiement du plan et mesurer son avancement au sein du Groupe chaque année.

Environnement et Société

  • Air Liquide a signé un contrat d’achat d’électricité renouvelable à long terme avec TotalEnergies, pour une capacité totale de 15 mégawatts d’énergie éolienne offshore en Belgique. Après les contrats d’achat à long terme d’électricité renouvelable signés aux Etats-Unis, en Espagne et aux Pays-Bas, Air Liquide réaffirme avec ce contrat son engagement à jouer un rôle de leader dans la transition énergétique et à réduire son empreinte carbone, en ligne avec ses objectifs de développement durable.

CYCLE D’INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT

Investissements

DÉCISIONS D’INVESTISSEMENT ET INVESTISSEMENTS EN COURS

(en milliards d'euros)

 

Décisions d'investissement industriel

 

Décisions d'investissement financier (acquisitions)

 

Total décisions d'investissement

2017

 

2,4

 

0,2

 

2,6

2018

 

3,0

 

0,2

 

3,1

2019

 

3,2

 

0,6

 

3,7

2020

 

3,0

 

0,1

 

3,2

2021

 

3,0

 

0,6

 

3,6

En 2021, les décisions d’investissement industriel et financier s’établissent à un très haut niveau de 3 631 millions d’euros et dépassent ainsi les 3 milliards d’euros pour la 4ème année consécutive. Elles incluent notamment l'acquisition des 16 unités de séparation des gaz de l’air de Sasol, en Afrique du Sud, pour environ 480 millions d’euros.

Les décisions d’investissement industriel sont proches de 3,0 milliards d’euros, stables par rapport à 2020. Elles sont dynamiques dans la Grande Industrie et comprennent notamment des projets en lien avec la transition énergétique : ainsi en Asie, elles incluent une unité de production de monoxyde de carbone intégrant un recyclage du CO2, et en Europe un électrolyseur de grande taille dans le bassin de la Ruhr. Le niveau des décisions d’investissement reste élevé dans l’activité Électronique, avec des projets de gaz vecteurs en Asie et aux États-Unis. Les décisions industrielles qui contribuent aux efficacités représentent 8 % du total.

Les décisions d’investissement financier atteignent 662 millions d’euros en 2021 et incluent l’acquisition des unités de Sasol pour environ 480 millions d’euros. Elles comprennent également plusieurs acquisitions dans le domaine de la Santé en Europe et dans l’activité Industriel Marchand en Amérique du Nord, en Europe et en Asie.

Les investissements en cours d’exécution (“investment backlog”) restent stables à un niveau élevé de 3,2 milliards d’euros avec une répartition très équilibrée entre les différents secteurs d’activité et géographies. Le marché de la Chimie occupe la part la plus importante, suivi des Semi-conducteurs et la part des projets liée à la transition énergétique reste significative. Ces investissements devraient apporter une contribution future aux ventes annuelles d’environ 1,1 milliard d’euros par an après montée en puissance complète des unités.

Investissement

  • Air Liquide poursuit le développement de son activité Santé à domicile en Europe, avec l’acquisition de Betamed S.A., acteur majeur polonais de la santé à domicile. L’entreprise Betamed est spécialisée dans la prise en charge de patients atteints de pathologies sévères, à domicile ou dans sa clinique spécialisée située à Chorzów, en Silésie. Cette opération permet au Groupe de renforcer sa présence en Pologne et d’y enrichir son offre d’accompagnement des patients atteints de maladies chroniques sévères.

DÉMARRAGES

21 démarrages majeurs ont été réalisés en 2021. Il s’agit notamment de grandes unités de séparation des gaz de l’air en Russie et aux États-Unis pour les marchés Grande Industrie de la Sidérurgie et de la Chimie et de plusieurs unités de production de gaz vecteurs pour l'Électronique en Asie et aux États-Unis.

La contribution additionnelle aux ventes des montées en puissance et des démarrages d’unités s’élève à 345 millions d’euros en 2021 et incluent 70 millions d’euros de contribution des unités de Sasol en Afrique du Sud au 2ème semestre. L’Électronique est le principal contributeur en Asie-Pacifique alors qu’en Europe et en Amérique il s’agit de la Grande Industrie.

La contribution additionnelle aux ventes 2022 des montées en puissance et des démarrages d’unités devrait être comprise entre 410 et 435 millions d’euros, un montant supérieur à celui de 2021. Elle inclut environ 135 millions d’euros des 16 unités de Sasol acquises fin juin 2021, la moitié de ce montant étant reportée dans le périmètre significatif.

OPPORTUNITÉS D’INVESTISSEMENT

Le portefeuille d’opportunités d’investissement à 12 mois est en hausse et atteint 3,3 milliards d’euros fin 2021, avec de nouvelles entrées au 2ème semestre, notamment dans l’Électronique en Asie et la Grande Industrie, qui compensent les décisions d’investissement et les sorties du portefeuille de plusieurs projets reportés à plus de 12 mois ou remportés par la concurrence.

Les projets pour la transition énergétique représentent plus de 40 % du portefeuille d’opportunités. L’Europe, où est localisée la majorité des projets liés à la transition énergétique, représente près de 40 % du portefeuille. Elle est suivie par l’Asie, soutenue par de grands projets en Électronique, puis par l’Amérique avec des opportunités de projets majeurs en Grande Industrie et en Électronique. Enfin, la part de la zone Moyen-Orient et Afrique s’établit à moins de 10 % du portefeuille.

Financement 2021

NOTATION FINANCIÈRE EN CATÉGORIE “A” CONFIRMÉE

Air Liquide est noté par 2 agences de notation principales, Standard & Poor’s et Moody’s. Les notations long terme sont respectivement « A » pour Standard & Poor’s, en amélioration par rapport à « A- » en 2020 et « A3 » pour Moody’s, résultats conformes à la stratégie du Groupe. Par ailleurs, les notations court terme sont de « A1 » pour Standard & Poor’s, en amélioration par rapport à « A2 » en 2020 et de « P2 » pour Moody’s. Standard & Poor’s a annoncé la révision à la hausse de ses notations long terme et court terme le 28 juillet 2021, et leur a donné une perspective stable. Moody’s a confirmé ses notations le 4 mai 2021 et a amélioré sa perspective de stable à positive.

DIVERSIFICATION DES SOURCES DE FINANCEMENT

Au 31 décembre 2021, les financements du Groupe sur les marchés représentent 89 % de la dette brute, pour un encours total d’émissions obligataires de 11,1 milliards d’euros, tous programmes d’émission confondus, et 0,2 milliard d’euros de papier commercial.

Le montant total des lignes de crédit est stable à 3,6 milliards d’euros. La ligne de crédit syndiquée porte sur un montant inchangé de 2,5 milliards d’euros et a pour maturité décembre 2025. Cette ligne prévoit depuis 2019 un mécanisme d’indexation portant sur les coûts financiers et trois des objectifs RSE du Groupe dans le domaine de l’intensité carbone, de la diversité homme-femme, et de la sécurité.

Le montant de la dette brute arrivant à échéance dans les 12 prochains mois est de 2,2 milliards d’euros, stable par rapport au 31 décembre 2020.

Émissions de 2021

En mai 2021, dans le cadre du programme EMTN, le Groupe a procédé à une émission obligataire verte sous format public, de 500 millions d’euros, à maturité 10 ans.

Financement

  • Air Liquide a réalisé avec succès sa première émission obligataire verte le 19 Mai 2021, avec une levée de 500 millions d'euros à 10 ans dédiée au financement et refinancement de plusieurs projets de développement durable, notamment dans l'hydrogène, le biogaz et l'oxygène, conformément au contenu du "Sustainable Financing Framework" publié le 17 Mai et validé par un tiers indépendant. Cette nouvelle opération va contribuer au financement des projets de développement durable présentés le 23 mars 2021. Parallèlement, Air Liquide s'engage à publier, annuellement jusqu'à l'allocation complète des fonds levés, un “Sustainable Financing Reporting”, qui comprendra un rapport d'allocation et un rapport d'impact qui feront l’objet d’une validation par un cabinet d’audit et rendus publics sur le site internet du Groupe.

En septembre 2021, le Groupe a également procédé à une émission obligataire de 500 millions d’euros, dans le cadre du programme EMTN, à maturité 12 ans.

Les encours obligataires liés au programme EMTN s’élèvent à 7,5 milliards d’euros (montant nominal) à fin 2021.

Répartition par devise de la dette nette au 31 décembre 2021

 

 

31 déc. 2020

 

31 déc. 2021

Euro

 

47 %

 

42 %

Dollar américain

 

40 %

 

42 %

Yen

 

2 %

 

2 %

Rand sud-africain

 

-

 

3 %

Autres

 

11 %

 

11 %

TOTAL

 

100 %

 

100 %

Le financement des investissements est généralement réalisé dans la devise des flux de trésorerie générés par ces investissements, créant ainsi une couverture de change naturelle. En 2021, la dette nette augmente en dollar américain en raison du fort impact de change (appréciation du dollar américain par rapport à l’euro) et augmente en rand sud-africain. Par ailleurs, la dette nette en euro diminue et la part de l’euro dans la dette nette totale baisse donc au profit du dollar américain et du rand sud-africain.

CENTRALISATION DE TRÉSORERIE ET DES FINANCEMENTS

En 2021, Air Liquide Finance a poursuivi la centralisation des soldes de trésorerie des entités du Groupe.

Au 31 décembre 2021, Air Liquide Finance accorde aux filiales du Groupe, directement ou indirectement, l’équivalent de 13,0 milliards d’euros de prêts et reçoit en dépôt 3,4 milliards d’euros d’excédents de trésorerie de leur part. Ces opérations sont réalisées dans 26 devises (principalement euro, dollar américain, yen japonais, renminbi, dollar singapourien, livre sterling). Le périmètre direct et indirect (incluant les filiales dont la trésorerie est centralisée localement avant d’être centralisée vers Air Liquide Finance) compte environ 400 filiales.

ÉCHÉANCIER ET MATURITÉ DE LA DETTE

La maturité moyenne de la dette du Groupe est de 6,0 ans au 31 décembre 2021, en légère augmentation par rapport au 31 décembre 2020 (5,8 ans). En effet, grâce aux flux de trésorerie nets générés en 2021, des émissions obligataires sont arrivées à échéance sans devoir être refinancées et les nouvelles émissions obligataires ont des maturité longues, à 10 et 12 ans.

Le graphique ci-après représente l’échéancier de la dette du Groupe. L’échéance annuelle la plus élevée représente environ 11 % de la dette brute.

PERSPECTIVES

En 2021, le Groupe a réalisé une excellente performance, malgré la persistance de la crise sanitaire et les fortes tensions inflationnistes liées notamment à la hausse significative des prix de l’énergie au second semestre.

Qu’il s’agisse de faire face à la crise de la covid-19, à la forte accélération de l’inflation ou encore au défi de la transition énergétique, les équipes d’Air Liquide se sont mobilisées sur tous les fronts démontrant une forte réactivité et une grande capacité d'adaptation. Le Groupe a su agir au présent tout en préparant l’avenir : la dynamique d’investissement a été particulièrement soutenue avec la signature de nombreux accords notamment dans le domaine de la transition énergétique.

Le Groupe a réalisé une nouvelle année de croissance profitable : les ventes s’élèvent à 23,3 milliards d’euros, en hausse de + 8,2 % en comparable, la marge opérationnelle augmente de 70 points de base hors effet de l’énergie, le résultat net récurrent16 progresse de 13,3 % à change constant.

Toutes les activités sont en croissance significative : les Gaz & Services, soit 95 % du chiffre d’affaires du Groupe, l’Ingénierie & Construction ainsi que les Marchés Globaux & Technologies. Toutes les branches d’activité et toutes les géographies des Gaz & Services sont en hausse à des niveaux élevés, l’Asie progressant de + 6 %, l’Europe de + 7 % et les Amériques de + 8 %.

Le Groupe a encore amélioré sa marge opérationnelle par une politique de prix adaptée à l’inflation, des efficacités significatives s’élevant à 430 millions d’euros et une gestion dynamique de son portefeuille d’activités. Dans un contexte de hausse brutale et continue des prix de l'énergie, il a notamment démontré d’une part la force de son modèle, qui lui permet de transférer automatiquement ces variations aux clients de la Grande Industrie, et d’autre part sa capacité à ajuster rapidement ses prix auprès de ses clients Industriel Marchand.

Le bilan d’Air Liquide s’est encore renforcé. Le ROCE récurrent atteint 9,3 %, proche de l’objectif 2023-2024 de plus de 10 %. La capacité d’autofinancement reste élevée à 24,5 % des ventes, hors effet énergie, et permet de réduire la dette tout en finançant nos investissements et le versement du dividende. Les décisions d’investissement ont atteint 3,6 milliards d’euros sur l’année, et les opportunités restent importantes à 3,3 milliards d’euros dont plus de 40 % en lien avec la transition énergétique. Traduisant la confiance dans l’avenir, le dividende qui sera soumis au vote des actionnaires en mai prochain s’élève à 2,90 euros par action, soit une augmentation de + 5,5 %. Par ailleurs, une attribution d'actions gratuites aura lieu en juin 2022.

Combinant dans son modèle de croissance performance financière et extra-financière, Air Liquide est particulièrement bien positionné sur les marchés d’avenir. Pour répondre notamment au défi majeur du changement climatique et de la transition énergétique, le Groupe dispose d’un ensemble de solutions intégrant hydrogène et technologies de décarbonation de l’industrie. Contribuer à un avenir durable est au cœur de son métier et de sa stratégie.

En 2022, en l’absence de perturbation significative de l’économie, Air Liquide est confiant dans sa capacité à augmenter à nouveau sa marge opérationnelle et à réaliser une croissance du résultat net récurrent (17), à change constant.

ANNEXES

Indicateurs de performance

Les indicateurs de performance utilisés par le Groupe qui ne sont pas définis directement dans les états financiers ont été préparés en conformité avec la position de l’AMF 2015-12 sur les indicateurs alternatifs de performance.

Ces indicateurs sont les suivants :

  • Impact du change, de l’énergie et du périmètre significatif
  • Variation comparable du chiffre d’affaires et du résultat opérationnel courant
  • Marge opérationnelle et marge opérationnelle hors énergie
  • Résultat opérationnel courant avant amortissements Hors IFRS16 au taux de change 2015
  • Résultat net récurrent part du Groupe
  • Résultat Net Récurrent Hors Change
  • Résultat Net Hors IFRS16
  • Résultat Net Récurrent Hors IFRS16
  • Efficacités
  • Rentabilité des capitaux employés (ROCE)
  • ROCE récurrent

DÉFINITION DES IMPACTS DU CHANGE, DE L’ÉNERGIE ET DU PÉRIMÈTRE SIGNIFICATIF

Les gaz pour l’industrie et la santé ne s’exportant que très peu, l’impact des variations monétaires sur les niveaux d’activité et de résultat est limité à la conversion des états financiers en euros pour les filiales situées en dehors de la zone euro. L’effet de change est calculé sur la base des agrégats de la période convertis au taux de change de la période précédente.

Par ailleurs, le Groupe répercute à ses clients la variation des coûts de l’énergie (gaz naturel et électricité) à travers une facturation indexée intégrée à leurs contrats moyen et long termes. Cela peut conduire à une variation significative des ventes (principalement dans la branche d'activité Grande Industrie) d'une période à l'autre selon la fluctuation des prix de marché de l'énergie.

Un effet énergie est calculé sur les ventes de chacune des principales filiales de l’activité Grande Industrie. Leur consolidation permet de déterminer l’impact énergie pour le Groupe. Le taux de change utilisé est le taux de change moyen annuel de l’année N-1. Ainsi, au niveau d’une filiale, la formule suivante donne l’impact énergie, calculé respectivement pour le gaz naturel et pour l'électricité :

Impact énergie = Part des ventes indexée sur l'énergie année (N-1) x (Prix énergie moyen année (N) - Prix énergie moyen année (N-1))

Cet effet de l’indexation du gaz naturel et de l’électricité n’a pas d’impact sur le résultat opérationnel courant.

L’effet de périmètre significatif correspond à l’impact sur les ventes de toute acquisition ou cession de taille significative pour le Groupe. Ces variations de périmètre sont déterminées :

  • pour les acquisitions de la période, en déduisant des agrégats de la période la contribution de l'acquisition,
  • pour les acquisitions de la période antérieure, en déduisant des agrégats de la période la contribution de l'acquisition allant du 1er janvier de la période en cours jusqu'à la date anniversaire de l'acquisition,
  • pour les cessions de la période, en déduisant des agrégats de la période précédente la contribution de l'entité cédée à compter du jour anniversaire de la cession,
  • pour les cessions de la période antérieure, en déduisant des agrégats de la période précédente la contribution de l'entité cédée.

Calcul des indicateurs de performance (Année)

VARIATION COMPARABLE DU CHIFFRE D’AFFAIRES ET DU RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT

Il s’agit de la variation du chiffre d’affaires et du résultat opérationnel courant de la période, retraités des impacts du change, de l’énergie et du périmètre significatif décrits ci-dessus.

Pour l’année 2021, elle est calculée de la manière suivante :

(en millions d’euros)

 

2021

 

Variation 2021/2020 publiée

 

Effet de change

 

Effet du gaz naturel

 

Effet de l'électricité

 

Effet de périmètre significatif

 

Variation 2021/2020 comparable

Chiffre d'affaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Groupe

 

23 335

 

+ 13,9 %

 

(321)

 

1 255

 

467

 

(206)

 

+ 8,2 %

Effets en %

 

 

 

 

 

- 1,6 %

 

+ 6,1 %

 

+ 2,3 %

 

- 1,1 %

 

 

Gaz & Services

 

22 267

 

+ 13,3 %

 

(317)

 

1 255

 

467

 

(206)

 

+ 7,3 %

Effets en %

 

 

 

 

 

- 1,6 %

 

+ 6,4 %

 

+ 2,4 %

 

- 1,2 %

 

 

Résultat opérationnel courant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Groupe

 

4 160

 

+ 9,8 %

 

(75)

 

-

 

-

 

(27)

 

+ 12,7 %

Effets en %

 

 

 

 

 

- 2,0 %

 

-

 

-

 

- 0,9 %

 

 

Gaz & Services

 

4 362

 

+ 8,6 %

 

(74)

 

-

 

-

 

(27)

 

+ 11,3 %

Effets en %

 

 

 

 

 

- 1,9 %

 

-

 

-

 

- 0,8 %

 

 

MARGE OPÉRATIONNELLE ET MARGE OPÉRATIONNELLE HORS-ÉNERGIE

La marge opérationnelle correspond au ratio du résultat opérationnel courant divisé par le chiffre d’affaires. La marge opérationnelle hors énergie est le résultat opérationnel courant, non impacté par l’effet de l’indexation du gaz naturel et de l’électricité, divisé par le chiffre d’affaires retraité de l’effet énergie. Le calcul du ratio résultat opérationnel courant divisé par le chiffre d’affaires (retraité ou non de l’effet énergie) est réalisé avec un arrondi à un chiffre après la virgule. La variation entre 2 périodes est calculée comme étant la différence entre ces ratios arrondis, ce qui peut aboutir à des écarts positifs ou négatifs par rapport à un calcul plus précis, du fait des arrondis.

 

 

 

 

2021

 

Effet du gaz naturel

 

Effet de l'électricité

 

2021, hors effet énergie

Chiffre d'affaires

 

Groupe

 

23 335

 

1 243

 

463

 

21 629

 

 

Gaz & Services

 

22 267

 

1 243

 

463

 

20 561

Résultat opérationnel courant

 

Groupe

 

4 160

 

-

 

-

 

4 160

 

 

Gaz & Services

 

4 362

 

-

 

-

 

4 362

Marge opérationnelle

 

Groupe

 

17,8 %

 

 

 

 

 

19,2 %

 

 

Gaz & Services

 

19,6 %

 

 

 

 

 

21,2 %

CALCUL DE L’INTENSITÉ CARBONE

(en millions d'euros)

 

2015

 

2021

 

Variation 2021/2015

(A) Résultat opérationnel courant avant amortissements

 

4 033

 

6 333

 

 

(B) Effet de change (2015)(1)

 

 

 

(491)

 

 

(C) Retrait de l'impact IFRS16(2)

 

 

 

265

 

 

(A) - (B) - (C) = (D) EBITDA utilisé pour le calcul de l'Intensité Carbone

 

4 033

 

6 559

 

 

(E) Emissions de CO2 équivalent (Scopes 1 + 2(3)) en milliers de tonnes

 

29 413

 

36 364

 

 

Intensité Carbone (E) / (D)

 

7,3

 

5,5

 

- 24 %

(1) Au taux de change 2015 hors Argentine en raison du contexte d’hyper-inflation en Argentine (l’EBITDA de l’Argentine est conservé au taux 2021).

(2) L’impact IFRS16 sur le résultat opérationnel courant avant amortissements comprend la neutralisation des charges de loyers qui sont ensuite réintégrées dans les amortissements et les autres charges financières comptabilisées au titre d’IFRS16.

(3) Les émissions de scope 2 sont calculées à partir des approvisionnements spécifiques (“base marché”) : le Groupe adopte ainsi la méthode recommandée par le GHG Protocol.

RÉSULTAT NET RÉCURRENT PART DU GROUPE ET RÉSULTAT NET RÉCURRENT PART DU GROUPE HORS CHANGE

Le résultat net récurrent part du Groupe correspond au résultat net part du Groupe retraité des opérations exceptionnelles et significatives qui n’impactent pas le résultat opérationnel courant.

 

 

2020

 

2021

 

Variation 2021/2020

(A) Résultat net (part du Groupe) - Publié

 

2 435,1

 

2 572,2

 

+ 5,6 %

(B) Eléments significatifs et non-récurrents après impôts sans impact sur le ROC

 

 

 

 

 

 

- Dépenses exceptionnelles liées à la gestion de la pandémie Covid-19

 

(48,6)

 

 

 

 

- Revue stratégique du portefeuille d'actifs

 

(300,3)

 

 

 

 

- Plus-Value de cession de Schülke

 

473,2

 

 

 

 

- Coût du remboursement anticipé des "senior notes" Airgas

 

(30,3)

 

 

 

 

(A) - (B) = Résultat net récurrent (part du Groupe)

 

2 341,1

 

2 572,2

 

+ 9,9 %

(C) Effet de change

 

 

 

(79,1)

 

 

(A) - (B) - (C) = Résultat net récurrent (part du Groupe) hors effet de change

 

 

 

2 651,3

 

+ 13,3 %

RÉSULTAT NET HORS IFRS16 ET RÉSULTAT NET RÉCURRENT HORS IFRS16

Résultat Net hors IFRS16:

 

 

2020

 

2021

(A) Résultat Net Publié

 

2 528,0

 

2 691,9

(B) Impact IFRS16(1)

 

(13,2)

 

(13,3)

(A) - (B) = Résultat Net Hors IFRS16

 

2 541,2

 

2 705,2

(1) L’impact IFRS16 comprend la réintégration des charges de loyers diminuée des amortissements et des autres charges financières comptabilisées au titre d’IFRS16.

Résultat Net récurrent hors IFRS16:

 

 

2020

 

2021

(A) Résultat Net Publié

 

2 528,0

 

2 691,9

(B) Eléments significatifs et non-récurrents après impôts sans impact sur le ROC

 

94,0

 

0,0

(A) - (B) = Résultat Net récurrent

 

2 434,0

 

2 691,9

(C) Impact IFRS16(1)

 

(13,2)

 

(13,3)

(A) - (B) - (C) = Résultat Net récurrent hors IFRS16

 

2 447,2

 

2 705,2

(1) L’impact IFRS16 comprend la réintégration des charges de loyers diminuée des amortissements et des autres charges financières comptabilisées au titre d’IFRS16.

EFFICACITÉS

Les efficacités représentent une réduction pérenne de la base de coûts, suite à un plan d’action sur un projet particulier. Les efficacités sont identifiées et gérées par projet d'efficacité. Chaque projet est suivi par une équipe dont la composition dépend de la nature du projet (Achats, Opérations, Ressources Humaines, etc)

RENTABILITÉ DES CAPITAUX EMPLOYÉS - ROCE

La rentabilité des capitaux employés après impôts est calculée à partir des états financiers consolidés du Groupe, en effectuant le ratio suivant pour la période considérée.

Au numérateur : résultat net hors IFRS16 - coût de la dette nette après impôts pour la période considérée.

Au dénominateur : moyenne de (total des capitaux propres hors IFRS16 + dette nette) à la fin des 3 derniers semestres.

 

 

 

 

2020

 

S1 2021

 

2021

 

Calcul ROCE

(en millions d’euros)

 

 

 

(a)

 

(b)

 

(c)

 

Numérateur (c)

 

Résultat net hors IFRS16

 

 

 

 

 

2 705,2

 

2 705,2

 

Coût de la dette nette

 

 

 

 

 

(280,0)

 

 

 

Taux effectif d'impôt (1)

 

 

 

 

 

24,6 %

 

 

 

Coût de la dette nette après impôt

 

 

 

 

 

(211,2)

 

(211,2)

 

Résultat net - Coût de la dette nette après impôt

 

 

 

 

 

2 916,4

 

2 916,4

Dénominateur ((a)+(b)+(c))/3

 

Total des capitaux propres hors IFRS16

 

19 032,2

 

19 607,6

 

22 039,6

 

20 226,5

 

Dette nette

 

10 609,3

 

12 013,2

 

10 448,3

 

11 023,6

 

Moyenne de (total des capitaux propres + dette nette)

 

29 641,5

 

31 620,8

 

32 487,9

 

31 250,1

ROCE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9,3 %

(1) hors événement non récurrent d'impôt

ROCE RÉCURRENT

Le ROCE récurrent est calculé de la même façon que le ROCE en utilisant le résultat net récurrent hors IFRS16 au numérateur. En 2021, le résultat net récurrent hors IFRS16 est du même montant que le résultat net hors IFRS16.

 

 

 

 

2020

 

S1 2021

 

2021

 

Calcul ROCE Récurrent

(en millions d’euros)

 

 

 

(a)

 

(b)

 

(c)

 

Numérateur (c)

 

Résultat net récurrent hors IFRS16

 

 

 

 

 

2 705,2

 

2 705,2

 

Coût de la dette nette

 

 

 

 

 

(280,0)

 

 

 

Taux effectif d'impôt(1)

 

 

 

 

 

24,6 %

 

 

 

Coût de la dette nette après impôt

 

 

 

 

 

(211,2)

 

(211,2)

 

Résultat net récurrent hors IFRS16

- Coût de la dette nette après impôt

 

 

 

 

 

2 916,4

 

2 916,4

Dénominateur ((a)+(b)+(c))/3

 

Total des capitaux propres hors IFRS16

 

19 032,2

 

19 607,6

 

22 039,6

 

20 226,5

 

Dette nette

 

10 609,3

 

12 013,2

 

10 448,3

 

11 023,6

 

Moyenne de (total des capitaux propres + dette nette)

 

29 641,5

 

31 620,8

 

32 487,9

 

31 250,1

ROCE récurrent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9,3 %

(1) hors événement non récurrent d'impôt

Calcul des indicateurs de performance (Trimestre)

 

 

T4 2021

 

Variation T4 2021/2020 publiée

 

Effet de change

 

Effet du gaz naturel

 

Effet de l'électricité

 

Effet de périmètre significatif

 

Variation T4 2021/2020 comparable

Chiffre d'affaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Groupe

 

6 655

 

+ 27,2 %

 

153

 

609

 

254

 

31

 

+ 7,2 %

Effets en %

 

 

 

 

 

+ 2,9 %

 

+ 11,7 %

 

+ 4,8 %

 

+ 0,6 %

 

 

Gaz & Services

 

6 332

 

+ 27,7 %

 

147

 

609

 

254

 

31

 

+ 6,7 %

Effets en %

 

 

 

 

 

+ 3,0 %

 

+ 12,2 %

 

+ 5,2 %

 

+ 0,6 %

 

 

Chiffre d’affaires du 4ème trimestre 2021

PAR GÉOGRAPHIE

Chiffre d’affaires (en millions d’euros)

 

T4 2020

 

T4 2021

 

Variation publiée

 

Variation comparable

Amériques

 

1 908

 

2 242

 

+ 17,5 %

 

+ 7,7 %

Europe

 

1 771

 

2 620

 

+ 48,0 %

 

+ 7,4 %

Asie-Pacifique

 

1 130

 

1 267

 

+ 12,2 %

 

+ 4,4 %

Moyen-Orient et Afrique

 

150

 

203

 

+ 34,7 %

 

+ 3,7 %

Gaz & Services

 

4 959

 

6 332

 

+ 27,7 %

 

+ 6,7 %

Ingénierie & Construction

 

86

 

137

 

+ 57,8 %

 

+ 56,6 %

Marchés Globaux & Technologies

 

187

 

186

 

- 0,8 %

 

- 3,3 %

CHIFFRE D'AFFAIRES TOTAL

 

5 232

 

6 655

 

+ 27,2 %

 

+ 7,2 %

PAR BRANCHE MONDIALE D’ACTIVITÉ

Chiffre d’affaires (en millions d’euros)

 

T4 2020

 

T4 2021

 

Variation publiée

 

Variation comparable

Grande Industrie

 

1 330

 

2 319

 

+ 74,3 %

 

+ 4,0 %

Industriel Marchand

 

2 233

 

2 508

 

+ 12,4 %

 

+ 9,0 %

Santé

 

899

 

950

 

+ 5,7 %

 

+ 4,0 %

Électronique

 

497

 

555

 

+ 11,8 %

 

+ 8,5 %

CHIFFRE D'AFFAIRES GAZ & SERVICES

 

4 959

 

6 332

 

+ 27,7 %

 

+ 6,7 %

Information géographique et sectorielle

 

 

2020

 

2021

(en millions d’euros et %)

 

Chiffre d'affaires

 

Résultat opérationnel courant

 

Marge opérationnelle courante

 

Chiffre d'affaires

 

Résultat opérationnel

courant

 

Marge opérationnelle courante

Amériques

 

7 799

 

1 530

 

19,6 %

 

8 445

 

1 694

 

20,1 %

Europe

 

6 826

 

1 405

 

20,6 %

 

8 315

 

1 444

 

17,4 %

Asie-Pacifique

 

4 467

 

985

 

22,0 %

 

4 790

 

1 066

 

22,2 %

Moyen-Orient et Afrique

 

564

 

95

 

16,9 %

 

717

 

158

 

22,1 %

Gaz & Services

 

19 656

 

4 016

 

20,4 %

 

22 267

 

4 362

 

19,6 %

Ingénierie & Construction

 

250

 

13

 

5,1 %

 

387

 

42

 

11,0 %

Marchés Globaux & Technologies

 

579

 

78

 

13,5 %

 

681

 

97

 

14,2 %

Réconciliation

 

-

 

(317)

 

-

 

-

 

(341)

 

-

TOTAL GROUPE

 

20 485

 

3 790

 

18,5 %

 

23 335

 

4 160

 

17,8 %

Compte de résultat consolidé

(en millions d'euros)

 

2020

 

2021

Chiffre d'affaires

 

20 485,2

 

23 334,8

Autres produits d'exploitation

 

216,1

 

226,8

Achats

 

(7 197,7)

 

(9 388,7)

Charges de personnel

 

(4 239,8)

 

(4 362,9)

Autres charges d'exploitation

 

(3 336,3)

 

(3 477,2)

Résultat opérationnel courant avant amortissements

 

5 927,5

 

6 332,8

Dotations aux amortissements

 

(2 137,9)

 

(2 172,5)

Résultat opérationnel courant

 

3 789,6

 

4 160,3

Autres produits opérationnels

 

481,2

 

8,3

Autres charges opérationnelles

 

(620,7)

 

(159,0)

Résultat opérationnel

 

3 650,1

 

4 009,6

Coût de la dette nette

 

(352,8)

 

(280,0)

Autres produits financiers

 

6,9

 

3,6

Autres charges financières

 

(94,0)

 

(131,9)

Charge d'impôt

 

(678,2)

 

(914,8)

Quote-part du résultat net des sociétés mises en équivalence

 

(4,0)

 

5,4

RÉSULTAT NET

 

2 528,0

 

2 691,9

- Intérêts minoritaires

 

92,9

 

119,7

- Part du Groupe

 

2 435,1

 

2 572,2

Résultat net par action (en euros)

 

5,16

 

5,45

Bilan consolidé

ACTIF (en millions d'euros)

 

31 décembre 2020

 

31 décembre 2021

Écarts d'acquisition

 

13 087,4

 

13 992,3

Autres immobilisations incorporelles

 

1 397,8

 

1 452,6

Immobilisations corporelles

 

20 002,9

 

22 531,5

Actifs non courants

 

34 488,1

 

37 976,4

Actifs financiers non courants

 

602,5

 

745,4

Titres mis en équivalence

 

160,9

 

158,0

Impôts différés actif

 

268,4

 

239,3

Instruments dérivés actif non courants

 

90,9

 

73,4

Autres actifs non courants

 

1 122,7

 

1 216,1

TOTAL DES ACTIFS NON COURANTS

 

35 610,8

 

39 192,5

Stocks et en-cours

 

1 405,9

 

1 585,1

Clients

 

2 205,8

 

2 694,1

Autres actifs courants

 

737,7

 

810,5

Impôt courant actif

 

90,4

 

106,5

Instruments dérivés actif courants

 

44,1

 

63,9

Trésorerie et équivalents de trésorerie

 

1 791,4

 

2 246,6

TOTAL DES ACTIFS COURANTS

 

6 275,3

 

7 506,7

ACTIFS DESTINÉS À ÊTRE CÉDÉS

 

91,0

 

83,9

TOTAL DES ACTIFS

 

41 977,1

 

46 783,1

PASSIF (en millions d'euros)

 

31 décembre 2020

 

31 décembre 2021

Capital

 

2 605,1

 

2 614,1

Primes

 

2 608,1

 

2 749,2

Réserves

 

11 033,8

 

13 645,1

Actions propres

 

(139,8)

 

(118,3)

Résultat net - part du Groupe

 

2 435,1

 

2 572,2

Capitaux propres du Groupe

 

18 542,3

 

21 462,3

Intérêts minoritaires

 

462,3

 

536,5

TOTAL DES CAPITAUX PROPRES

 

19 004,6

 

21 998,8

Provisions et avantages au personnel

 

2 418,3

 

2 291,9

Impôts différés passif

 

1 871,5

 

2 126,8

Emprunts et dettes financières non courantes

 

10 220,2

 

10 506,3

Dettes de loyers non courantes

 

969,4

 

1 032,8

Autres passifs non courants

 

206,5

 

343,0

Instruments dérivés passif non courants

 

11,5

 

39,0

TOTAL DES PASSIFS NON COURANTS

 

15 697,4

 

16 339,8

Provisions et avantages au personnel

 

316,1

 

309,4

Fournisseurs

 

2 437,9

 

3 333,2

Autres passifs courants

 

1 809,2

 

2 002,9

Impôt à payer

 

215,2

 

277,8

Emprunts et dettes financières courantes

 

2 180,5

 

2 188,6

Dettes de loyers courantes

 

218,2

 

228,0

Instruments dérivés passif courants

 

59,0

 

67,5

TOTAL DES PASSIFS COURANTS

 

7 236,1

 

8 407,4

PASSIFS DESTINÉS A ÊTRE CÉDÉS

 

39,0

 

37,1

TOTAL DES PASSIFS ET DES CAPITAUX PROPRES

 

41 977,1

 

46 783,1

Tableau des flux de trésorerie consolidé

(en millions d'euros)

 

2020

 

2021

Activités opérationnelles

 

 

 

 

Résultat net - part du Groupe

 

2 435,1

 

2 572,2

Intérêts minoritaires

 

92,9

 

119,7

Ajustements :

 

 

 

 

• Dotations aux amortissements

 

2 137,9

 

2 172,5

• Variation des impôts différés

 

(68,4)

 

106,2

• Variation des provisions

 

411,8

 

(36,0)

• Quote-part des résultats nets des mises en équivalence

 

4,0

 

(5,4)

• Plus ou moins-values de cessions d'actifs

 

(454,7)

 

27,5

• Coût de la dette nette

 

249,0

 

203,1

• Autres éléments sans impact sur la trésorerie

 

124,8

 

132,3

Capacité d'autofinancement

 

4 932,4

 

5 292,1

Variation du besoin en fonds de roulement

 

364,3

 

377,3

Autres éléments avec impact sur la trésorerie

 

(91,0)

 

(98,7)

Flux net de trésorerie généré par les activités opérationnelles

 

5 205,7

 

5 570,7

Opérations d'investissements

 

 

 

 

Acquisitions d'immobilisations corporelles et incorporelles

 

(2 630,2)

 

(2 916,8)

Acquisitions d'immobilisations financières et incidences des variations de périmètre

 

(129,1)

 

(659,8)

Produits de cessions d'immobilisations corporelles et incorporelles

 

81,3

 

88,7

Produits de cessions d'activités, nets de la dette nette cédée, et de cessions d'immobilisations financières

 

718,8

 

130,9

Dividendes reçus des mises en équivalence

 

4,6

 

5,5

Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement

 

(1 954,6)

 

(3 351,5)

Opérations de financement

 

 

 

 

Distribution

 

 

 

 

• L'Air Liquide S.A.

 

(1 307,9)

 

(1 334,8)

• Minoritaires

 

(78,6)

 

(82,9)

Augmentations de capital en numéraire

 

43,7

 

175,4

Achats d'actions propres

 

(49,9)

 

(40,1)

Intérêts financiers décaissés nets

 

(255,1)

 

(204,9)

Variation des dettes financières

 

(482,0)

 

(17,2)

Remboursement des dettes de loyers

 

(245,2)

 

(241,4)

Intérêts sur dettes de loyers décaissés nets

 

(36,6)

 

(33,0)

Transactions avec les actionnaires minoritaires

 

(16,0)

 

(36,8)

Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement

 

(2 427,6)

 

(1 815,7)

Incidences des variations monétaires et du périmètre

 

(1,4)

 

16,8

Variation de la trésorerie nette

 

822,0

 

420,3

TRÉSORERIE NETTE AU DÉBUT DE L'EXERCICE

 

896,5

 

1 718,6

TRÉSORERIE NETTE À LA FIN DE LA PÉRIODE

 

1 718,6

 

2 138,9

La trésorerie nette à la clôture s'analyse comme suit :

(en millions d'euros)

 

31 décembre 2020

 

31 Décembre 2021

Trésorerie et équivalents de trésorerie

 

1 791,4

 

2 246,6

Découverts bancaires (inclus dans les dettes financières courantes)

 

(72,8)

 

(107,7)

TRESORERIE NETTE

 

1 718,6

 

2 138,9

Détermination de la dette nette

(en millions d'euros)

 

31 décembre 2020

 

31 Décembre 2021

Emprunts et dettes financières non courantes

 

(10 220,2)

 

(10 506,3)

Dettes financières courantes

 

(2 180,5)

 

(2 188,6)

TOTAL DETTE BRUTE

 

(12 400,7)

 

(12 694,9)

Trésorerie et équivalents de trésorerie

 

1 791,4

 

2 246,6

DETTE NETTE A LA FIN DE LA PERIODE

 

(10 609,3)

 

(10 448,3)

Tableau d’analyse de la variation de la dette nette

(en millions d'euros)

 

Exercice 2020

 

Exercice 2021

Dette nette au début de l'exercice

 

(12 373,3)

 

(10 609,3)

Flux net de trésorerie généré par les activités opérationnelles

 

5 205,7

 

5 570,7

Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement

 

(1 954,6)

 

(3 351,5)

Flux net de trésorerie généré par les opérations de financement, avant variation des emprunts

 

(1 690,5)

 

(1 593,6)

Total flux net de trésorerie

 

1 560,6

 

625,6

Incidence des variations monétaires et de la dette nette d'ouverture des sociétés nouvellement intégrées et autres

 

443,1

 

(269,3)

Retraitement du coût de la dette nette

 

(239,7)

 

(195,3)

Variation de la dette nette

 

1 764,0

 

161,0

DETTE NETTE A LA FIN DE LA PERIODE

 

(10 609,3)

 

(10 448,3)

Benoît Potier commente également les résultats 2021 du Groupe dans une interview-vidéo, disponible en français et en anglais, sur www.airliquide.com.

La présentation de la publication est disponible à partir de 9h00 (heure de Paris) sur www.airliquide.com. Tout au long de l’année suivez l’actualité d’Air Liquide sur @AirLiquideGroup

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

Capital Markets Day 22 mars 2022

Chiffre d’affaires du 1er trimestre 2022 27 avril 2022

Air Liquide est un leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé. Présent dans 75 pays avec 66 400 collaborateurs, le Groupe sert plus de 3,8 millions de clients et de patients. Oxygène, azote et hydrogène sont des petites molécules essentielles à la vie, la matière et l’énergie. Elles incarnent le territoire scientifique d’Air Liquide et sont au cœur du métier du Groupe depuis sa création en 1902.

Air Liquide a pour ambition d’être un leader de son industrie, d’être performant sur le long terme et de contribuer à un monde plus durable - avec au cœur de sa stratégie, un engagement marqué en faveur du climat et de la transition énergétique. Sa stratégie de transformation centrée sur le client vise une croissance rentable, régulière et responsable dans la durée. Elle s’appuie sur l’excellence opérationnelle et la qualité des investissements, de même que sur l’innovation ouverte et l’organisation en réseau mise en place par le Groupe à l’échelle mondiale. Grâce à l’engagement et l’inventivité de ses collaborateurs pour répondre aux enjeux de la transition énergétique et environnementale, de la santé et de la transformation numérique, Air Liquide crée encore plus de valeur pour l’ensemble de ses parties prenantes.

Le chiffre d’affaires d’Air Liquide s’est élevé à plus de 23 milliards d’euros en 2021. Air Liquide est coté à la Bourse Euronext Paris (compartiment A) et appartient aux indices CAC 40, CAC 40 ESG, EURO STOXX 50 et FTSE4Good.

________________________ 1 hors éléments exceptionnels et significatifs qui n’impactent pas le résultat opérationnel courant. 2 Marge opérationnelle hors effet énergie. Résultat net récurrent hors éléments exceptionnels significatifs sans impact sur le résultat opérationnel courant, hors impact d’une potentielle réforme fiscale aux États-Unis en 2022. 3 Du fait du contexte sanitaire exceptionnel, une comparaison avec les ventes de 2019 a été introduite afin d’aider à la lecture de la performance de l’année 2021. La comparaison entre 2021 et 2019 est calculée en additionnant les effets comparables de 2020 et 2021. Elle est donnée à titre de référence et ne constitue pas un indicateur alternatif de performance. Les croissances comparables mentionnées sont calculées par rapport à la même période de 2020 sauf lorsqu’il est fait mention de 2019. 4 Definition en annexe. 5 Voir définition et réconciliation en annexe. 6 Voir définition et réconciliation en Annexe. 7 Du fait du contexte sanitaire exceptionnel, une comparaison avec les ventes de 2019 a été introduite afin d’aider à la lecture de la performance de l’année 2021. La comparaison entre 2021 et 2019 est calculée en additionnant les effets comparables de 2020 et 2021. Elle est donnée à titre de référence et ne constitue pas un indicateur alternatif de performance. Les croissances comparables mentionnées sont calculées par rapport à la même période de 2020 sauf lorsqu’il est fait mention de 2019. 8 Definition en annexe. 9 Voir définition et réconciliation en annexe. 10 Incluant les transactions avec les minoritaires. 11 Voir définition et réconciliation en Annexe 12 Nombre d’accidents avec au moins un jour d’arrêt par million d’heures travaillées des employés du Groupe. 13 En tonnes de CO2 équivalent, retraitées pour inclure à partir de 2020 et pour chaque année suivante les émissions de l’année entière des actifs acquis et intégrés après 2020, scopes 1 et 2. Les émissions de scope 2 sont calculées à partir des approvisionnements spécifiques (“base marché”) : le Groupe adopte ainsi la méthode recommandée par le GHG Protocol. 14 En kg CO2-équivalent/euro de résultat opérationnel courant avant amortissements et hors IFRS 16 au taux de change 2015 avec les scopes 1 et 2 des émissions de gaz à effet de serre reportées, en utilisant la méthodologie “base marché” pour le scope 2. 15 Voir réconciliation en Annexe 16 Voir définition et réconciliation en annexe. 17 Marge opérationnelle hors effet énergie. Résultat net récurrent hors éléments exceptionnels significatifs sans impact sur le résultat opérationnel courant, hors impact d’une potentielle réforme fiscale aux États-Unis en 2022.

Relations Médias media@airliquide.com

Relations Investisseurs IRTeam@airliquide.com

Air Liquide (EU:AI)
Historical Stock Chart
From May 2022 to Jun 2022 Click Here for more Air Liquide Charts.
Air Liquide (EU:AI)
Historical Stock Chart
From Jun 2021 to Jun 2022 Click Here for more Air Liquide Charts.