• La plus grande enquête multinationale met en évidence l’impact du prurit sur la qualité de vie des patients atteints de cholangite sclérosante primitive

Mirum Pharmaceuticals, Inc. (Nasdaq : MIRM) a présenté de nouvelles données à l’International Liver Congress™ de l’Association européenne pour l’étude du foie (AEEF), à Londres, au Royaume-Uni. La première analyse présentait une enquête multinationale sur les résultats déclarés par les patients, et montrant les effets du prurit chez les patients atteints de cholangite sclérosante primaire (CSP). Une deuxième affiche évaluait la tolérance gastro-intestinale (GI) selon l’heure d’administration d’inhibiteurs du transport iléal des acides biliaires (Ileal Bile Acid Transporter inhibitors, IBATi), par rapport aux repas.

« Nous nous réjouissons de partager ces nouvelles données au congrès 2022 de l’AEEF », a déclaré la Dre Pam Vig, directrice de la recherche et du développement, chez Mirum. « La grande enquête multinationale sur la CSP montre que les adultes atteints de CSP souffrent souvent d’un prurit important et débilitant qui affecte leur qualité de vie au quotidien, malgré l’utilisation de médicaments antiprurigineux hors indication. Il est donc urgent de trouver un traitement pour soulager ce symptôme très pénible, et nous sommes ravis d’évaluer le potentiel du volixibat, un inhibiteur IBAT à absorption minimale, chez des patients atteints de CSP. »

Les résumés des données présentées lors du congrès sont joints ci-dessous. Visionnez les présentations intégrales dans la section Publications & Présentations de notre site Web.

Affiche 756 : Impact of pruritus in primary sclerosing cholangitis (PSC): a multinational survey (Impact du prurit dans la cholangite sclérosante primitive (CSP) : une enquête multinationale) Par le Dr.Kris Kowdley, et al.

L’enquête multinationale, menée par Hetz Israel, PSC Australia, PSC Partners, et PSC Support, a évalué les conclusions issues d’une collection de résultats déclarés par les patients, auprès de personnes atteintes de CSP (n = 482). L’objectif de l’enquête était d’évaluer la présentation et la gravité du prurit cholestatique, et son impact en général sur les patients atteints de cette maladie hépatique rare. L’enquête, qui comportait 39 questions, enregistrait l’âge et le sexe des répondants, et déterminait s’ils souffraient également d’une maladie intestinale inflammatoire. Outre le prurit, les maladies intestinales inflammatoires et les maladies chroniques du foie, associées à la CSP peuvent avoir un impact négatif sur la qualité de vie et entraîner une dépression et de l’anxiété.

Les résultats de l’enquête ont montré que :

  • sur les 91 % de patients ayant déclaré ressentir des démangeaisons après leur diagnostic, 46,4 % des répondants avaient connu > 15 épisodes (un épisode est défini comme une période prolongée de démangeaisons pendant au moins 7 jours).
  • Il a été demandé aux répondants d’évaluer la pire démangeaison ressentie au cours des dernières 24 heures ; et la médiane de la pire démangeaison était de 6 sur 10 chez ceux qui ont répondu (échelle de 0 à 10). Leur épisode de démangeaisons précédent a été déclaré comme étant de 8 sur 10.
  • 31 % des patients ayant déclaré avoir un épisode de démangeaisons en cours ont indiqué qu’ils avaient des démangeaisons continues depuis > 12 mois.
  • L’enquête a évalué l’impact global du prurit sur la vie des répondants, et les réponses obtenues indiquent :
    • que les démangeaisons étaient les plus fortes le soir ou la nuit (96 %) ;
    • des changements d’humeur, y compris, mais sans s’y limiter, de l’anxiété, de l’irritabilité et des sentiments de désespoir (58 %) ;
    • que les démangeaisons avaient entraîné une perturbation des activités quotidiennes (50 %) ;
    • que les démangeaisons avaient duré ≥ 1 mois (45 %) ;
    • une perturbation des responsabilités quotidiennes en raison d’une démangeaison ayant duré > 30 jours (32 %), et > 12 mois (18 %) ;
    • des absences à l’école ou au travail (22 %).
  • D’autres résultats ont montré que la moitié des répondants (235/482) avaient déclaré utiliser ≥ 2 médicaments, mais que 75 % (177/235) d’entre eux ne décrivaient qu’un soulagement partiel ou nul suite aux diverses interventions.

Les données de l’enquête ont ainsi conclu que le prurit lié à la CSP exerce un impact négatif majeur sur la qualité de vie (p. ex., sur le sommeil, l’humeur, la fatigue), et interfère avec les activités quotidiennes chez une proportion substantielle de patients, mais qu’il est encore traité de façon inadéquate chez la plupart des patients. Il existe un besoin important non satisfait pour le développement de thérapies sûres et efficaces contre la CSP.

Visionnez la présentation

Affiche 634 : Dosing ileal bile acid transporter inhibitors in the fasted state minimizes gastrointestinal adverse effects while maintaining pharmacodynamic effect. (L’administration d’inhibiteurs du transport iléal des acides biliaires, à jeun minimise les effets indésirables gastro-intestinaux tout en maintenant l’effet pharmacodynamique) Par le Dr. Cory Kostrub, et al.

L’analyse visait à évaluer l’impact du moment où les IBATi sont administrés, par rapport à la prise d’aliments, ainsi que l’impact sur les événements indésirables gastro-intestinaux et les effets pharmacodynamiques, de manière à déterminer la méthode d’administration optimale des IBATi.

Les données sur les événements indésirables de trois études cliniques de phase 1 sur le maralixibat et le volixibat chez des participants en bonne santé ont été compilées afin d’évaluer la tolérance relative à différents moments d’administration par rapport au repas. Les données sur les acides biliaires fécaux (ABF) ont été évaluées à partir d’études non cliniques, et utilisées comme marqueur d’efficacité, les ABF étant souvent difficiles à évaluer dans les essais cliniques.

Les données ont démontré que :

  • Il y a eu 0 % d’événements indésirables GI, à l’état de jeûne, dans deux des trois études sur le jeûne.
  • Dans les trois études où le médicament a été administré à l’heure des repas, on a enregistré respectivement 75 %, 33 % et 100 % d’événements GI.
  • En général, les taux d’événements indésirables GI étaient plus faibles lorsque les IBATi étaient administrés à jeun, comparativement à ceux obtenus avec une administration pendant les repas.

Les données pharmacodynamiques non cliniques démontrent que l’administration à jeun, versus l’administration lors du repas, n’a pas d’impact sur l’excrétion des ABF.

  • Le maralixibat augmentait significativement l’excrétion des ABF dans tous les horaires d’administration, par rapport à un repas quotidien.
  • Les augmentations les plus importantes d’excrétion des ABF ont été observées avec une administration de la dose 30 minutes avant ou quatre heures après le repas, ce qui indique une certaine flexibilité dans le choix du moment de l’administration des IBATi par rapport au repas, pour maintenir un effet pharmacodynamique maximal.

L’analyse a conclu que chez les participants humains en bonne santé, la tolérance gastro-intestinale était améliorée lorsque les IBATi étaient administrés à jeun, comparativement à une administration immédiatement avant ou à l’heure du repas. Les données d’études animales ont montré que l’excrétion des ABF était maintenue quelle que soit l’heure de l’administration par rapport à l’heure du repas, ce qui indique qu’il existe une certaine flexibilité dans l’administration des IBATi par rapport aux repas.

Visionnez la présentation

À propos de la solution orale de LIVMARLI® (maralixibat)

La solution orale de LIVMARLI® (maralixibat) est un inhibiteur du transport iléal des acides biliaires (IBAT) administré par voie orale, une fois par jour, approuvé par la Food and Drug Administration des États-Unis pour le traitement du prurit cholestatique chez des patients atteints du syndrome d’Alagille (SAG), âgés d’un an et plus ; et est le seul médicament approuvé par la FDA pour traiter le prurit cholestatique associé au syndrome d’Alagille. Pour en savoir plus, rendez-vous sur LIVMARLI.com.

Le LIVMARLI est en cours d’évaluation dans des études cliniques au stade avancé, pour d’autres maladies cholestatiques rares du foie, notamment la cholestase intrahépatique familiale progressive (CIFP) et l’atrésie des voies biliaires. Le LIVMARLI a reçu la désignation de traitement novateur pour le SAG et la CIFP de type 2, et la désignation orpheline pour le SAG, la CIFP et l’atrésie des voies biliaires. Pour en savoir plus sur les essais cliniques en cours sur le LIVMARLI, veuillez consulter la section sur les essais cliniques de Mirum sur le site Web de la société.

INFORMATIONS DE SÉCURITÉ IMPORTANTES

Le LIVMARLI peut causer des effets secondaires, notamment :

Des variations dans les résultats des tests hépatiques. Les résultats de certains tests hépatiques présentent souvent des changements chez les patients atteints du syndrome d’Alagille, qui peuvent s’aggraver pendant le traitement par le LIVMARLI. Ces changements peuvent indiquer une lésion du foie et peuvent être graves. Votre prestataire de soins de santé devra effectuer des analyses de sang avant et pendant le traitement, pour vérifier votre fonction hépatique. Informez immédiatement votre prestataire de soins de santé si vous présentez des signes ou des symptômes de problèmes hépatiques, notamment des nausées ou des vomissements, une coloration jaune de la peau ou du blanc de l’œil, des urines foncées ou brunes, une douleur du côté droit de l’estomac (abdomen), ou une perte d’appétit.

Problèmes d’estomac et intestinaux (gastro-intestinaux). Le LIVMARLI peut provoquer des problèmes d’estomac et intestinaux, notamment des diarrhées, des douleurs d’estomac, et des vomissements pendant le traitement. Informez immédiatement votre prestataire de soins de santé si vous présentez l’un de ces symptômes plus souvent ou plus sévèrement que d’habitude.

Un état de santé marqué par une déficience en vitamines liposolubles (VLS) causée par des taux faibles de certaines vitamines (vitamines A, D, E et K) stockées dans les graisses corporelles. La déficience en VLS est fréquente chez les patients atteints du syndrome d’Alagille, mais peut s’aggraver pendant le traitement. Votre prestataire de soins de santé devra effectuer des analyses de sang avant le début du traitement et pendant celui-ci.

Les autres effets secondaires fréquents signalés pendant le traitement étaient les fractures osseuses et les saignements gastro-intestinaux.

Informations posologiques

À propos du volixibat

Le volixibat est un agent oral à absorption minimale, conçu pour inhiber sélectivement le transporteur iléal des acides biliaires (IBAT). Le volixibat pourrait constituer une nouvelle approche dans le traitement des maladies cholestatiques de l’adulte, en bloquant le recyclage des acides biliaires par l’inhibition de l’IBAT, réduisant ainsi les acides biliaires dans le système et dans le foie. Des études de phase 1 et de phase 2 sur le volixibat ont démontré une excrétion fécale d’acides biliaires, conforme à l’objectif, un marqueur pharmacodynamique de l’inhibition de l’IBAT, en plus des diminutions du cholestérol LDL et des augmentations du 7αC4, qui sont des marqueurs de synthèse des acides biliaires. Le volixibat a été évalué chez plus de 400 personnes dans le cadre de multiples essais cliniques. Les événements indésirables les plus fréquemment rapportés étaient des événements gastro-intestinaux légers à modérés observés dans les groupes volixibat.

Le volixibat est actuellement évalué dans des études de phase 2b pour la cholangite sclérosante primitive (essai clinique de phase 2b, VISTAS), la cholestase intrahépatique de la grossesse (essai clinique de phase 2b, OHANA), et la cholangite biliaire primitive (essai clinique de phase 2b, VANTAGE).

À propos de Mirum Pharmaceuticals

Mirum Pharmaceuticals, Inc. est une société biopharmaceutique qui s’engage à transformer le traitement des maladies rares du foie. Le médicament approuvé de Mirum est la solution orale LIVMARLI® (maralixibat) qui est approuvée aux États-Unis pour le traitement du prurit cholestatique chez des patients atteints du syndrome d’Alagille, âgés d’un an et plus.

Le pipeline de produits de stade avancé, de Mirum comprend deux traitements expérimentaux pour des maladies débilitantes du foie, affectant les enfants et les adultes. Le LIVMARLI, un inhibiteur oral du transport iléal des acides biliaires (IBAT), est en cours d’évaluation dans des essais cliniques pour les maladies hépatiques pédiatriques, et comprend l’essai clinique de phase 3, MARCH, pour la cholestase intrahépatique familiale progressive (CIFP), et l’essai clinique de phase 2b, EMBARK, pour les patients atteints d’atrésie biliaire. En outre, Mirum a un programme d’accès élargi, ouvert dans plusieurs pays pour les patients éligibles atteints de SAG et de CIFP.

Mirum a soumis à l’Agence européenne des médicaments une demande d’autorisation de mise sur le marché, du LIVMARLI, pour le traitement de la maladie hépatique cholestatique chez les patients atteints du syndrome d’Alagille.

Le deuxième traitement expérimental de Mirum, le volixibat, un inhibiteur oral IBAT, est en cours d’évaluation dans le cadre de trois études susceptibles d’être homologuées, parmi lesquelles l’essai clinique de phase 2b, VISTAS, pour les adultes atteints de cholangite sclérosante primaire, l’essai clinique de phase 2b, OHANA, pour les femmes enceintes atteintes de cholestase intrahépatique de la grossesse, et l’essai clinique de phase 2b, VANTAGE, pour les adultes atteints de cholangite biliaire primaire.

Suivez Mirum sur Twitter, Facebook, LinkedIn et Instagram.

Déclarations prévisionnelles

Ce communiqué de presse contient des déclarations prévisionnelles concernant la participation prévue de la société à un congrès scientifique, notamment le titre et le résumé de la présentation des données, pouvant inclure une discussion sur les données cliniques et de recherche, de la société, y compris la découverte, le développement et la commercialisation de nos produits candidats et de nos technologies, et leur potentiel thérapeutique, la poursuite de nos essais cliniques, et le succès de nos collaborations avec des partenaires, et toute collaboration future potentielle. De telles déclarations prévisionnelles impliquent des risques et incertitudes susceptibles d’entraîner un écart sensible entre les résultats réels et ceux exprimés de manière explicite ou implicite dans lesdites déclarations prévisionnelles. Les risques et incertitudes applicables comprennent ceux liés à nos recherches précliniques et à nos programmes cliniques, ainsi que d’autres risques identifiés sous le titre « Risk Factors », et inclus dans nos formulaires 10-Q et 10-K les plus récents, ainsi que dans d’autres documents futurs déposés auprès de la SEC. Les déclarations prévisionnelles contenues dans ce communiqué de presse reflètent les points de vue actuels de Mirum concernant des événements futurs ; Mirum ne s’engage nullement à, et rejette spécifiquement toute obligation de mettre à jour ses déclarations prévisionnelles, sauf si la loi l’exige.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Coordonnées médias : Erin Murphy media@mirumpharma.com

Coordonnées investisseurs : Ian Clements, Ph.D. ir@mirumpharma.com

Sam Martin Argot Partners ir@mirumpharma.com

Mirum Pharmaceuticals (NASDAQ:MIRM)
Historical Stock Chart
From Sep 2022 to Oct 2022 Click Here for more Mirum Pharmaceuticals Charts.
Mirum Pharmaceuticals (NASDAQ:MIRM)
Historical Stock Chart
From Oct 2021 to Oct 2022 Click Here for more Mirum Pharmaceuticals Charts.