TORONTO, le 16 déc. 2021 /CNW/ - Selon un nouveau sondage de la Banque Scotia, 75 % des Canadiens sont préoccupés par leur situation financière. Ils passent en moyenne 10 heures par semaine à s'en inquiéter, soit l'équivalent de trois semaines par année, ce qui représente une hausse de 25 % par rapport à 2020. Un tiers (32 %) des Canadiens affirment que leurs soucis financiers les empêchent de dormir.

Les résultats du troisième sondage annuel de la Banque Scotia sur les préoccupations financières démontrent que les Canadiens s'inquiètent surtout :

  • de la croissance et de la protection de leurs placements (19 %);
  • de leur capacité à payer leurs dépenses courantes (15 %);
  • du remboursement de leurs dettes (13 %).

L'épargne-retraite est une source de préoccupation grandissante pour les Canadiens, 12 % d'entre eux se disant maintenant inquiets quant à la planification de leur retraite, par rapport à 8 % en 2020.

Les finances personnelles arrivent en quatrième place (33 %) sur la liste des facteurs de stress pour les Canadiens, juste après l'augmentation du coût de la vie (52 %) et leur santé physique (45 %).

« De plus en plus de Canadiens sont préoccupés par leur situation financière et se demandent, par exemple, s'ils pourront devenir propriétaires un jour, ou s'ils auront assez d'argent pour payer les études de leurs enfants ou pour leur retraite », explique D'Arcy McDonald, premier vice-président, Dépôts, placements et paiements à la Banque Scotia. Retrouver sa tranquillité d'esprit, ça commence par une simple conversation. Si votre situation financière perturbe votre sommeil, consultez un conseiller financier; il est outillé pour vous donner les moyens d'atteindre vos objectifs financiers. Même une seule conversation peut s'avérer une étape importante vers un sommeil plus paisible. »

Les jeunes Canadiens sont les plus inquiets
La pandémie a changé la perspective des gens à l'égard de leurs habitudes financières à court et à long termes. Les résultats du sondage démontrent que l'âge influe considérablement sur le niveau de préoccupation financière.

Ceux qui vivent dans l'Ouest canadien ont déclaré passer en moyenne 12 heures par semaine à s'inquiéter de leurs finances. C'est un contraste frappant avec ceux du Québec qui passent en moyenne seulement 7 heures, et ceux de l'Ontario qui en passent en moyenne 9.

Selon le sondage, les ménages canadiens dont le revenu est modeste sont considérablement plus préoccupés par leur situation financière.

Ceux dont le revenu est inférieur à 50 000 $ s'en inquiètent en moyenne 14 heures par semaine, comparativement à seulement 6 heures par semaine en moyenne pour ceux dont le revenu est de 100 000 $ ou plus.

Différences entre les provinces

Le lieu de résidence des Canadiens a une incidence sur leur niveau d'inquiétude financière. Près de la moitié des Albertains sondés (45 %) ont indiqué que leurs finances étaient parmi leurs trois principaux facteurs de stress.

Ce pourcentage est nettement plus élevé que dans les autres régions, en particulier la Colombie-Britannique, où seulement 26 % des répondants ont indiqué que leur situation financière les stresse.

Dans le même ordre d'idées, les Canadiens de l'Ouest ont dit passer environ 12 heures par semaine à s'inquiéter, contre 7 heures seulement pour ceux du Québec.

Les résidents de l'Alberta (60 %) et de l'Atlantique (62 %) ont été les plus nombreux à indiquer que l'augmentation du coût de la vie les inquiète, tandis que ceux du Manitoba et de la Saskatchewan ont été les moins nombreux (43 %).

Les placements ne devraient pas causer de l'insomnie
Même s'ils passent beaucoup de temps à s'inquiéter de leur situation financière, 63 % des répondants n'ont pas consulté de conseiller financier au cours des 12 derniers mois.

Les Canadiens qui ont fait appel à un conseiller sont moins susceptibles d'être préoccupés par leurs finances.

Et s'ils s'inquiètent quand même, leurs préoccupations portent davantage sur la croissance et la protection de leurs placements (31 %) que sur le paiement de leurs dépenses courantes (19 %) ou le remboursement de leurs dettes (15 %).

La Banque Scotia offre un éventail de produits et de services qui ne cesse de s'élargir pour aider les clients qui se demandent comment faire un plan financier. Le Conseiller en sommeil de ScotiaConseils+ propose une gamme d'outils de placement offrant aux clients une multitude d'options pour obtenir des conseils financiers durant cette période difficile. Toujours dans le cadre du programme ScotiaConseils+, le portail en ligne Centre Conseils+ offre une approche complète de planification financière en libre-service et donne la possibilité de prendre rendez-vous avec un conseiller financier de la Banque Scotia en vue d'obtenir des conseils plus personnalisés. Ainsi, les clients peuvent avoir l'esprit plus tranquille et dormir sur leurs deux oreilles.

Méthodologie : Le sondage en ligne a été mené les 12 et 13 octobre 2021 auprès de 1 521 adultes canadiens sélectionnés au hasard par Maru/Blue pour le compte de la Banque Scotia, par l'entremise de La Voix Maru Canada. Les données ont été pondérées par niveau d'études, âge, sexe et région (et au Québec, par langue) afin d'être représentatives de la population selon les données de recensement. On s'assure ainsi que l'échantillon est représentatif de la population adulte du Canada. Les écarts dans les totaux ou entre les totaux s'expliquent par l'arrondissement des chiffres.

À propos de la Banque Scotia
La Banque Scotia compte parmi les chefs de file du secteur bancaire dans les Amériques.
Dans l'esprit de sa mission d'entreprise, « pour l'avenir de tous », elle contribue à la réussite de ses clients, de leur famille et de leur collectivité en offrant des conseils et une vaste gamme de produits et de services, dont des services bancaires aux particuliers, aux entreprises et aux sociétés, des services bancaires privés, d'investissement et de gestion de patrimoine ainsi que des services liés aux marchés des capitaux. Au 31 octobre 2021, l'effectif de la Banque Scotia comptait plus de 90 000 employés et les actifs s'élevaient à environ 1 200 milliards de dollars. Les actions de la Banque Scotia sont cotées en bourse à Toronto (TSX : BNS) et à New York (NYSE : BNS). Pour en savoir davantage, veuillez consulter la page www.banquescotia.com et suivre le fil @ScotiabankViews sur Twitter.

SOURCE Scotiabank

Copyright 2021 Canada NewsWire

Bank of Nova Scotia (TSX:BNS)
Historical Stock Chart
From Apr 2022 to May 2022 Click Here for more Bank of Nova Scotia Charts.
Bank of Nova Scotia (TSX:BNS)
Historical Stock Chart
From May 2021 to May 2022 Click Here for more Bank of Nova Scotia Charts.